Tarif de l’eau: une étude financière en cours sur l’agglo

Agglo

Le prix de l’eau avec assainissement : évolution des factures présentée par Arlysère le 4 mai à Beaufort.
Le prix de l’eau avec assainissement : évolution des factures présentée par Arlysère le 4 mai à Beaufort.

La première des 4 réunions publiques qu’organise Arlysère sur l’eau et l’assainissement avait lieu à Beaufort le 4 mai. C’est Raphaël Thevenon, maire d’Esserts-Blay et vice-président à l’eau et à l’assainissement depuis janvier 2022 qui avait en charge la présentation de ce délicat dossier.

Avant cela, Franck Lombard, le président de l’agglo s’était justifié sur le délai qu’avait pris une explication sur le sujet. « Vous me direz 4 ans après [la prise de compétence, NDLR], c’est peut-être un peu long. C’est tout simplement parce que nous n’avions pas tout en main. La prise de compétence était en milieu de mandat et nous avions pris l’engagement de respecter ce qui était fait auparavant par l’ensemble des communes soit directement soit sous forme de syndicat. Il fallait continuer, assurer le service et les investissements… »

« Un coût de l’eau pas déconnant »

Le maire d’Esserts-Blay rappela l’historique et récapitula le travail entrepris depuis 4 ans et notamment les investissements réalisés. Il s’attarda ensuite sur la tarification montrant un graphique situant le tarif des 39 communes d’Arlysère par rapport à la moyenne française et à Grand Chambéry. Sur ce schéma, 14 communes sont en dessous de ces repères et 25 au dessus. « Le coût de l’eau et l’assainissement n’est pas déconnant par rapport à ceux qui se pratiquent ailleurs, c’est bien de le savoir », souligna le vice-président. Il présenta ensuite (cf schéma ci-dessus), un comparatif entre quelques communes de l’agglo avant la prise de compétence et après. Une hausse qui oscille entre 18,2 % pour Esserts-Blay et 2,7 % pour Notre-Dame de Bellecombe et 8,3 % pour Beaufort. Ce qui selon l’élu reste modéré au regard de l’inflation. « La facture a augmenté mais on n’a pas tenu compte de l’inflation », précisa Franck Lombard.

Vers un nouveau tarif et une politique définie par Arlysère

Raphaël Thevenon évoqua les perspectives en indiquant qu’une étude financière était en cours « qui va nous permettre de projeter un nouveau tarif de l’eau ou de nouvelles perspectives sur le prix de l’eau qui sera désormais directement lié à un plan d’intervention exclusif Arlysère ». Fini la prise en compte des Plans pluriannuels d’investissements (PPI) des collectivités existantes avant la fusion. « Aujourd’hui, on est en train de basculer dans un autre modèle où Arlysère va pouvoir proposer son propre PPI sur ses priorités, conclut Raphaël Thevenon. On étudiera la possibilité d’avoir une tarification adaptée à la géographie de notre territoire, pays de plaine et de montagne. Pourquoi ne pas réfléchir à plusieurs tarifications (1 tarif plaine, 1 montagne voire 2 différents en montagne) ? Ce sont des choses qui vont avancer dans les prochains mois ».

Une trentaine de personnes a assisté à la réunion

Il reste deux autres réunions : le 17 mai à Gilly (18h Atrium) et le 18 mai à Esserts-Blay ( 18h à la salle du Château).

La salle était presque trop petite pour accueillir tous les habitants et élus venus assister à la réunion de Beaufort mercredi 4 mai. Si un certain nombre de personnes ont évoqué un cas particulier auquel une réponse immédiate n’était pas évidente, d’autres ont abordé des questions récurrentes quand on parle de l’intercommunalité.

Le solidarité intercommunale n’est pas encore intégrée

« Le réseau du Beaufortain était en ordre. On paye pour toute l’agglomération les frais engendrés par d’autres collectivités… », pointa du doigt une dame. « Ce n’est pas le beaufortain qui paye pour les autres. Votre station d’épuration [celle de Villard, NDLR] il faut la refaire entièrement. C’est un coût de 3 millions d’euros. Si le Beaufortain avait dû payer la station, le prix de l’eau aurait augmenté beaucoup », répondit Franck Lombard.

Un monsieur posa la question de la « possibilité de créer des mini-stations d’épuration lorsqu’on doit étendre le réseau d’assainissement dans les villages ». Franck Lombard précisa que « pour l’instant l’agglo ne prend pas en compte les extensions de réseau. Ce sont des décisions des communes d’urbaniser ».

Des propositions à soumettre à l’agglo

Un monsieur évoqua « le prix de l’eau dans le Beaufortain où les 20 premiers m3 sont facturés plus forts que les suivants. Or, ces 20m3 touchent en priorité les personnes âgées et les jeunes. Ce n’est pas juste ». Franck Lombard lui enjoigna de faire des propositions comme à chaque participant. « On n’a pas la prétention d’avoir la science infuse. Envoyez-nous vos propositions, on les prendra en compte ou pas. C’est un sujet qui touche tout le monde ».