Le Môle, terre de sportifs

David Rolandez, ici en tête du groupe, connaît à présent le Môle comme sa poche.
David Rolandez, ici en tête du groupe, connaît à présent le Môle comme sa poche. - Photos Aurélie Tardy.

Il attire immanquablement les regards. De loin, le Môle a l’allure d’un cône à l’esthétique prononcée. Son allure élancée donne aux inconditionnels des grands espaces l’envie d’aller voir à quoi il ressemble d’un peu plus près. Comme tant d’autres avant lui, David Rolandez (47 ans) est tombé amoureux de la sentinelle de la vallée de l’Arve au premier regard. «  Je ne connaissais pas le Môle, je le voyais en passant et je trouvais beau le champ face sud  », se souvient ce Jurassien d’origine, VTTiste professionnel à la fin des années 1990.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite