Au cœur de la Verti’trail du Môle, course sans un mètre de plat

Quelques mètres avant la tête de l’Écutieux.
Quelques mètres avant la tête de l’Écutieux. - Les trailers du Môle.

Le trail est un salutaire exercice d’humilité. C’est d’autant plus vrai sur les rudes pentes du Môle, cette montagne qui puise tellement dans votre stock d’énergie qu’elle vous ramène les pieds sur terre et vous rappelle à quel point vous êtes minuscule comparé à elle.

En prenant le départ ce samedi 14 mai de la onzième édition de la Verti’trail du Môle, la première depuis 2019, je pensais naïvement, sinon dompter le colosse, du moins ne pas laisser trop de plumes dans les 13 kilomètres et 1100 mètres de dénivelé au programme. C’était mal connaître un parcours qui nous emmenait à la tête de l’Écutieux (1627 m) depuis le chemin de la Fin, à Saint-Jeoire, avant de nous ramener au point de départ après une infernale dégringolade via la fameuse Caravane des féroces. Habitué à grimper par La Tour ou par Chez Béroud, je découvre la redoutable et monotone montée de Montrenaz (5,4 km et 1030 m de D+).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Je profite de l'offre de Noël pour suivre l'actu en continu
J'en profite