Sauvetage hors norme à La Tour: après la mort de deux Grands Ducs, un petit hibou secouru par les pompiers

Vendredi 13 mai un habitant de La Tour a découvert deux carcasses de Grands Ducs morts dans sa propriété sous une ligne électrique. Combat qui tourne mal, électrocution ? Toutes les suppositions étaient alors possibles. Alertée, la responsable bénévole de la Ligue pour la protection des oiseaux LPO) du secteur, Amandine Coffy, s’est rendue sur place pour constater le décès des animaux sans doute morts depuis 3 à 5 jours.

Des falaises connues pour être des aires à rapaces

Même si aucune autopsie n’a été pratiquée, la piste de l’électrocution a été évoquée avec plus d’insistance. Enedis a été informée sachant qu’elle dispose d’un programme de modification des lignes pour les sécuriser. L’OFB (Office Français pour la Biodiversité), police de l’environnement s’est déplacé sur le site pour constater et récupérer les cadavres, car le Grand-Duc est une espèce surveillée de près en Haute-Savoie. L’animal est peu fréquent et seuls une trentaine de couples peuplent aujourd’hui le département. Des investigations ont été menées sur place par Amandine Coffy, habituée du lieu et de ses falaises avoisinantes, connues pour être des aires (plateformes) à rapaces. Des recherches et des observations ont été lancées jour et nuit grâce à l’aide de passionnés de faune locale, pour tenter de savoir si un nid était à proximité.

Seul un rapace en vie

Bonne pioche puisque des cris ont retenti dans la falaise et deux petits oisillons ont été localisés entre La Tour et Ville-en-Sallaz. Après de premières reconnaissances en collaboration avec les pompiers et après avoir constaté que seul un jeune rapace était en vie, ce dernier ayant sans doute, faute de nourriture, mangé son frère, il était urgent d’intervenir pour tenter de sauver l’animal.

Vendredi 20 mai après-midi, grâce au propriétaire des lieux qui a pu niveler une partie de son terrain, les secours ont pu intervenir dans les falaises. Ainsi, les sapeurs-pompiers secours en montagne de Samoëns, l’équipe drone de Sallanches et celle de la grande échelle de Bonneville sont intervenus en collaboration avec Amandine Coffy et Baptiste Doutau de la LPO d’Annecy. L’animal mis en sécurité a été transféré exceptionnellement au centre Genevois CRR (Centre de Réadaptation des Rapaces) de Bardonnex, son état ne lui permettant pas de faire 1h30 de route pour rejoindre le Centre Tétras Libre en Savoie qui est celui d’accueil du secteur. L’oisillon, ainsi ausculté par Ludovic Bourqui, s’est révélé être une femelle de 600 grammes alors qu’elle devrait faire 1kg.

Souris au menu avant les rats et les lapins

Aucun pronostic n’est avancé pour le moment, elle est amaigrie et stressée, elle a démarré son menu par cinq souris noires et si elle prend le poids qu’il lui faut, elle passera progressivement au régime poussin, rat, lapin et autres joyeusetés, pour devenir ensuite comme ses parents un Grand-Duc ou plutôt une Grande-Duchesse pouvant atteindre 80cm de haut et 1, 20m d’envergure, les femelles étant plus grosses que les mâles.

Dans 2 à 3 mois, si tout va bien, elle pourrait être éventuellement lâchée dans la nature, à proximité de l’endroit où elle a été trouvée. Il sera alors temps pour elle de prendre son envol.

Pour toute découverte d’animaux en détresse ou mort, il est possible de prendre contact avec la Ligue pour la protection des oiseaux, section Haute-Savoie, au 04 37 61 05 06 ou haute-savoie@lpo.fr