A Boëge, bientôt 414 candélabres moins gourmands en énergie

Les lampadaires seront bientôt équipés en LED.
Les lampadaires seront bientôt équipés en LED.

Boëge et ses nombreux hameaux recensent un peu plus de 400 lampadaires. Plus aux normes, rien n’obligeait à les remettre à neuf. En effet, pour les communes de moins de 3 500 habitants, ce n’est pas impératif. Mais lors de la dernière réunion du conseil municipal la question s’est posée de décider entre l’extinction des lumières de minuit à 5 heures, ou alors la mise aux normes des candélabres, offrant bien plus de souplesse (aujourd’hui, le village est entièrement éclairé ou entièrement éteint). C’est cette deuxième option qui a été votée.

Economiser de l’énergie à termes

La plupart des lampadaires éclairent aujourd’hui vers le ciel. « C’est à la fois du gaspillage d’énergie, et d’autre part, c’est gênant pour la biodiversité. »

La municipalité souhaite donc toute une réfection des éclairages. « Sur chaque réverbère, on souhaiterait mettre quelque chose qui empêcherait d’éclairer vers le haut et les passer en LED, qui consomme beaucoup moins. Sur chaque réverbère, on installerait aussi un boîtier de commandes qui permettrait de programmer tout un tas de choses : baisse d’intensité d’éclairages, et même une extinction nocturne complète aux endroits qu’on penserait appropriés, détaille l’édile. Ainsi, on va aussi pouvoir réduire nos factures d’électricité. »

L’enjeu était donc de trouver comment équilibrer l’activité des éclairages. « Il faut savoir qu’à Boëge, les hameaux sont éclairés. On est quand même à la montagne, ce sont des hameaux très denses, ça évite la délinquance, mais aussi les accidents de voitures. »

Le coût et l’organisation

La commune a ainsi voté la mise en normes progressive avec expérimentation. « On ne peut pas tout faire d’un coup. C’est quand même un gros budget. On va expérimenter : on peut choisir d’en allumer un sur deux, éteindre certaines rues… Ce qu’on a besoin d’éclairer, ce sont les voiries, les maisons… »

Les travaux vont se faire en cinq tranches, sur l’ensemble de la commune. « Pour tous les candélabres qui ne sont pas dans le chef-lieu, on est sur un budget de 500 euros par lampadaire. On commence par le quart sud-ouest, puis nord-ouest, et ensuite on continue sur le reste et on termine par le chef-lieu. On est sur un budget de 120-130 000 euros hors taxe pour l’instant. »

Concernant le calendrier, la maire reste prudente. « On fera ça aussi vite qu’on peut. Mais c’est très compliqué. On ne sera probablement pas à même de commencer avant l’hiver, et avec nos conditions météorologiques, cela risque d’être repoussé après. »

Pourquoi pas l’extinction totale entre 00h et 5h?

L’activité des animaux nocturnes se déroulent lors du crépuscule, au moment où les hommes sont eux aussi encore en activité. « Ce sont les moments où nous, on a toujours besoin d’éclairage. Ce qui implique qu’une extinction des feux de minuit à 5 heures du matin a un impact extrêmement restreint sur la vie nocturne des animaux », présente Fabienne Scherrer, maire de Boëge.