Albertville: «On souhaite urbaniser mieux au niveau quantitatif et qualitatif»

Karine Martinato: «Une modification de PLU ne permet pas de toucher au droit à construire ou alors dans une très fine limite. De petites révisions ne permettent pas non plus de redessiner notre carte et c’est pour cette raison que l’on a décidé, fin octobre 2021, d’entreprendre une révision du PLU».
Karine Martinato: «Une modification de PLU ne permet pas de toucher au droit à construire ou alors dans une très fine limite. De petites révisions ne permettent pas non plus de redessiner notre carte et c’est pour cette raison que l’on a décidé, fin octobre 2021, d’entreprendre une révision du PLU».

La Savoie : Pourquoi avoir engagé il y a deux ans un travail en vue d’une modification du Plan Local d’Urbanisme ?

Karine Matinato : Sur notre sol, la pression immobilière est de plus en plus forte du fait que des villes comme Annecy, Chambéry ou encore Lyon sont en train de verrouiller toute leur autorisation des sols. Les promoteurs viennent chez nous et nous recevons, en moyenne chaque semaine, des demandes pour la construction d’une centaine de nouveaux logements. On n’arrive plus à faire de qualitatif dans les constructions des promoteurs par rapport à notre PLU qui est très souple. On a donc la volonté d’encadrer l’urbanisation de façon quantitative et qualitative le temps qu’une révision du PLU soit appliquée dans trois à quatre ans.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite
J ACCÈDE À MON ARTICLE EN REGARDANT UNE PUBLICITÉ