En France, l’inflation galope et ce n’est pas près de s’arrêter

Le coup de la vie, ces derniers mois ne cesse de taper dans le porte-monnaie des Français. Quand cela va-t-il s’arrêter?
Le coup de la vie, ces derniers mois ne cesse de taper dans le porte-monnaie des Français. Quand cela va-t-il s’arrêter? - Photo d’illustration Peggi cci Pixabay

Une première depuis presque 40 ans

L’inflation a franchi la barre des 5 % en ce mois de mai 2022. Une première depuis 37 ans, depuis 1985. Avec 5,2 %, c’est bien au-delà de la hausse du mois d’avril qui s’affichait à 4,8 %. L’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) qui vient de diffuser ces chiffres, explique cette progression incessante avec « une accélération des prix de l’énergie, des services, de l’alimentation et des produits manufacturés ».

« Les consommateurs qui observent leur porte-monnaie de près ont déjà vu la flambée des prix de l’énergie, en hausse de 28 % sur douze mois. Les prix de l’alimentaire bondissent à leur tour de 4,2 %, tout comme les services (+3,2 %) et les biens manufacturés (+2,9 %) », détaillent nos collègues de La Voix du Nord.

Capture d’écran INSEE

Un contexte général désastreux

Pandémie, sécheresse, menaces climatiques, guerre en Ukraine, autant d’éléments, de paramètres en cascade qui impactent l’inflation et par conséquent, la consommation, le coût de la vie et le pouvoir d’achat des Français. Français dont les salaires ou les retraites ont toujours du mal à s’adapter à cette même inflation. Moins d’argent, moins de consommation (- 1,9 % au premier trimestre 2022), moins d’argent dans les caisses de l’État (PIB) et on persiste dans une spirale qui donne le vertige. « Sur un an, l’indice des prix à la consommation harmonisé augmenterait de 5,8 %, après +5,4 % en avril. Sur un mois, il croîtrait de 0,7 %, après +0,5 % le mois précédent », indique l’INSEE dans son communiqué de ce mardi 31 mai 2022.

Les mesures annoncées par l’État suffiront-elles ?

Chèque alimentation, plafonnement des prix de l’électricité, gel de ceux du gaz (le bouclier tarifaire prévu par l’État), revalorisation de la retraite de base, du point d’indice des fonctionnaires, maîtrise du prix de l’essence. la Banque centrale européenne annonce la remontée des taux, avec la remontée de l’euro.

Un train de mesures censé avoir une incidence sur l’emballement de l’inflation. Mais cela suffira-t-il à la juguler et la voir baisser d’ici la fin de l’année ? Rien n’est moins sur tant que le contexte européen, mondial (conflits, pétrole, agriculture, santé, climat, eau…) reste aussi morose et inquiétant.

Et ailleurs en Europe ?

La situation est dans le reste de l’Europe, tout aussi inquiétante, sinon plus. En Belgique, l’inflation grimpe à plus de 9 %, avec 9,9 % ; En Espagne on compte sur 8,5 %, en Italie : 7,3, en Allemagne : 8,7 %, en Pologne elle atteint les 11,4 %. Norvège(5,9 %), Suède (6,6 %) et Finlande (5,8 %), quant à elles, sont sur des inflations proches de la France.