Puffs : savez-vous ce que c’est et pourquoi le phénomène inquiète ?

Les puffs, des cigarettes électroniques jetables qui inquiètent.
Les puffs, des cigarettes électroniques jetables qui inquiètent. - Capture d’écran TikTok

La puff, cigarette électronique jetable, un tabac chez les jeunes

Une puff, derrière ce nom qui veut dire bouffée en anglais, se cache une variante de la cigarette électronique, avec pour cible principale les jeunes. Il s’agit d’une cigarette électronique jetable, un petit tube coloré qu’on inhale, avec une pile lithium et une quantité de liquide limitée, présentée et vendue dans des emballages au design coloré, attrayant et en général aux goûts exotiques, fruités et sucrés. Elles sont vendues moins de 10 euros, chez des buralistes, dans des supermarchés ou sur internet. Et elles prolifèrent chez les jeunes, notamment dans les cours des lycées et des collèges, où elles sont censées être interdites.

France Bleu qui traite le sujet, a interrogé le professeur Nicolas Simon, addictologue à l’hôpital Sainte-Marguerite de Marseille : « Les industriels essaient toujours de trouver d’autres créneaux et notamment les « Puffs » qui ciblent vraiment la jeunesse. Normalement, elles ne devraient être vendues qu’à des gens qui fument déjà dans l’idée de les aider à arrêter, mais malheureusement il y a de plus en plus d’adolescents qui s’essaient à ça ».

Attention à la présence de nicotine

L’inquiétude est plus importante quand ces nouvelles cigarettes, ces nouveaux modes de consommation, selon les modèles, contiennent des doses plus ou moins importantes de nicotine (sels de nicotine synthétiques). La puff, sous ses dehors jeune, festif, voire inoffensif (comme la vapoteuse, elle se veut une alternative à la cigarette et devrait être vendue dans cette optique), pourrait, malgré sa nocivité moindre par rapport à la cigarette classique, entraîner une consommation régulière de nicotine. Une autre porte d’entrée vers le tabagisme ?

Le phénomène vient tout droit des États-Unis où il fait déjà un tabac et ici en France ce pourrait rapidement être le cas. Sur Sud-Ouest, des témoins expliquent : « Tout le monde fume des puffs, même au collège », témoigne Constance, en Terminale dans un lycée du 16e arrondissement à Paris. Dans sa classe de Cinquième, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), Jules raconte que « plusieurs élèves de sa classe en ont déjà fumé » en assurant qu’il n’y avait « pas de nicotine dedans » ».

En tous les cas, le ministère de la Santé, a déjà mis en garde sur les risques liés à la promotion de ces produits sur internet et notamment les réseaux sociaux, sur la vente de ces produits en ligne et sur les risques pour la santé. Rappelant que la vente de ces produits est interdite aux mineurs.