Gare de Perrignier: les rochers contre le stationnement anarchique ne font pas l’unanimité

Jean-Pierre Burnet, co-président de l’Association de concertation et de proposition pour l’aménagement et les transports, et Grégoire Berthon, membre de l’association.
Jean-Pierre Burnet, co-président de l’Association de concertation et de proposition pour l’aménagement et les transports, et Grégoire Berthon, membre de l’association.

A la gare de Perrignier, les premiers arrivés sont les premiers servis. Si ce n’était pas toujours simple de trouver une place, ça l’est encore moins depuis un mois. Face au stationnement anarchique aux abords de la gare, la Mairie a décidé d’installer des rochers et des poteaux. Seulement, ces nouvelles contraintes semblent juste éloigner le problème. Les véhicules se garent directement après les nouveaux aménagements et des files de voitures remontent jusqu’à la D 135, la route de la gare. L’Association de concertation et de proposition pour l’aménagement et les transports (ACPAT) dénonce cette situation. Selon eux, «  Les élus ne favorisent pas les transports en commun  ». Explications.

1

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite