Le Rassemblement national lance Anis Daghrir, un néophyte, dans la 3e circonscription

Anis Daghrir est candidat à son premier scrutin électoral.
Anis Daghrir est candidat à son premier scrutin électoral.

Quoi qu’on en dise, Emmanuel Macron crée des vocations. Adhérent au Rassemblement national depuis une dizaine d’années, Anis Daghrir a commencé à militer lors de la dernière Présidentielle. « J’y croyais vraiment avec toute la casse sociale qu’il y a eu. Hélas, Marine Le Pen n’a pas été élue. » De cette désillusion vient la volonté du candidat de se présenter dans la troisième circonscription de la Haute-Savoie, « pour ne pas laisser le champ libre à Macron ».

« Des entreprises sont en grande difficulté »

Le jeune postulant (26 ans) axe son discours sur le pouvoir d’achat, évoquant « une région où se loger est très cher ». La hausse du carburant motive aussi son engagement. « On est dans une circonscription où la voiture est indispensable et le prix de l’essence est en nette augmentation alors qu’elle est vitale pour se déplacer ». L’ouvrier pointe aussi le problème de l’emploi, « notamment dans le décolletage entre Saint-Pierre et Cluses, et alors que des entreprises sont en grande difficulté avec l’augmentation du coût des matières premières ».

Porter les souffrances des électeurs

Le Reignerand tance aussi « les entreprises qui délocalisent » puis dénonce, sur un autre sujet, « les fraudes qui coûtent aux contribuables plus de 10 millions d’euros ». Il pense là aux fraudes aux allocations familiales, à Pôle Emploi, citant les centaines de dossiers frauduleux détectés par les services de la préfecture d’Annecy. Dans son collimateur également, la sécurité « dans une zone où il y a pas mal de trafics de stupéfiants notamment autour de Cluses et Bonneville. Des kilos sont régulièrement démantelés, des caïds tiennent des quartiers comme aux Ewües ».

Malgré sa jeunesse, Anis Daghrir a une vision claire de la fonction briguée. « Si je suis élu, je porterais la parole des électeurs, leurs souffrances et leurs inquiétudes à l’Assemblée nationale, et ferais en sorte qu’ils soient mieux représentés ».

Qui est-il ?

Anis Daghrir a 26 ans et travaille dans l’industrie pharmaceutique à Gaillard, en tant que conducteur de ligne. L’ouvrier est marié et vit à Reignier-Esery. Nouveau sur la scène politique, il a commencé à militer pour le Rassemblement national lors de la dernière campagne présidentielle.