Élections législatives 2e circonscription : Arthur Empereur, conseiller de l’ancien premier ministre Jean Castex, candidate pour LREM

Élections législatives 2e circonscription : Arthur Empereur, conseiller de l’ancien premier ministre Jean Castex, candidate pour LREM

1 « La seconde circonscription, un choix naturel »

Souriant et avenant, le candidat de 32 ans se crispe quand on lui parle de parachutage : « L’allusion est assez blessante quand on a mon nom de famille et ma construction personnelle. Mon identité, c’est cette circonscription. Je suis né à Aix-Les-Bains et j’ai grandi entre le lac du Bourget et Sainte-Foy-en-Tarentaise d’où est originaire la famille de mon père. Je pense que pour les habitants de la circonscription, c’est une chance d’avoir un Tarin au cabinet du premier ministre ».

2 Trop jeune et pas assez connu pour s’imposer ?

« J’ai 32 ans et aucun mandat, c’est assez logique que les gens ne me connaissent pas. Comme des milliers de jeunes Savoyards, je suis parti faire mes études à Lyon puis ai poursuivi mon parcours à Paris tout en conservant un lien très étroit avec la Savoie. J’ai beaucoup travaillé sur le plan montagne, et si Jean Castex est venu le présenter sur Bourg-Saint-Maurice, je n’y suis pas étranger, j’ai effectué un fort lobbying ! Si je suis élu député, j’exercerai cette fonction à plein-temps, je ne solliciterai aucun autre mandat ni ne cumulerais avec une activité professionnelle à côté ».

3 Ses priorités une fois élu

Emmanuel Macron, le président des riches ? Arthur Empereur se désole que l’on puisse avoir cette image du président : « Le pouvoir d’achat est sa boussole, je trouve regrettable que certaines caricatures et raccourcis martelés par l’opposition aient conduit les Français à penser cela. Nous avons l’inflation la moins élevée d’Europe et avant que la crise ukrainienne ne vienne percuter l’économie, le pourvoir d’achat avait augmenté de 300 euros en moyenne par an et par habitant. La première loi que l’on va sortir est consacrée au pouvoir d’achat. Si je veux faire entendre certaines singularités liées à la montagne, c’est mieux d’élire un député de la majorité présidentielle » Seconde priorité, la transition des modèles touristiques et industriels : « Le tourisme représente plus de la moitié du PIB du département, quand les remontées mécaniques s’enrhument comme on l’a vu lors de la crise du Covid, c’est toute la Savoie qui éternue. Il faut encourager une transition progressive de notre modèle touristique en l’adaptant aux nouvelles configurations climatiques qui s’annoncent. Le ski reste une priorité, mais nous devons accentuer la montagne des 2 ou 4 saisons et inciter les touristes à fréquenter les stations pour d’autres activités que celles liées aux sports d’hiver ». L’industrie doit suivre la même voie pour Arthur Empereur qui souhaite inscrire sa pérennité dans son adaptabilité au développement durable : « Si je suis élu, cela ne m’embêtera nullement de faire corps avec tous les élus pour défendre le dossier Ferropem. Un de mes collaborateurs sera entièrement dévolu à ce dossier, qu’il y ait reprise ou pas, pour qu’à la fin, une solution ait été trouvée pour chaque salarié ».

D’ici le premier tour, le candidat et sa suppléante, Annick Cressens, multiplieront les «  apéros circo », pour rencontrer les citoyens de « manière informelle, pour échanger autour du programme, pendant 5 minutes ou plus ».

Bio express

Arthur Empereur a 32 ans, célibataire, il a fait ses études à Sciences-po Lyon et a été conseiller de l’ancien 1er ministre Jean Castex. Sa suppléante est Annick Cressens, ancienne maire de Beaufort.