Élections législatives 2e circonscription : Anne-Sophie Wurtz veut enraciner le parti Reconquête dans le territoire

Élections législatives 2e circonscription : Anne-Sophie Wurtz veut enraciner le parti Reconquête dans le territoire

Elle l’affirme sans aucun complexe  : « il n’y a aucune chance que je sois ne serait-ce qu’au second tour, il faut être lucide. Se présenter, c’est exister et enraciner le parti sur le territoire ». Et si Anne-Sophie Wurtz s’engage dans cette aventure, c’est avant tout pour relayer les idées d’une personnalité et d’un parti qui l’ont convaincue  : « Reconquête, c’est Eric Zemmour, un homme qui a des convictions solides qu’il défend depuis des années sans tabou ni filtre. Il s’exprime avec sincérité et courage. Le mouvement qu’il a créé est dynamique et ses thématiques me correspondent, elle résonnent très fort en moi. J’ai accepté cette candidature car j’ai envie de participer au développement de reconquête ». Qu’importe son manque d’expérience  ! « C’est dur de se projeter dans une campagne car je manque de pratique et ne suis pas depuis longtemps en Savoie, j’ai beaucoup de choses à intégrer en très peu de temps, mais j’ai envie de participer à la construction de ce parti dont je me sens proche des idées ».

Et ses idées, c’est la défense du patrimoine, des industries et des économies « par rapport à un libéralisme européen qui concourt à la disparition des nations. Il faut que l’emprise européenne sur tout cesse  ! » Anne-Sophie Wurtz plaide pour une identité française forte  : « Nous avons un gros problème avec le communautarisme et la montée de l’Islam, c’est anormal que nous soyons obligés de nous battre à Albertville contre l’implantation d’une école musulmane portée par Millî Görüs. Il faut à tout prix que nous parvenions à une assimilation des gens plutôt qu’à un repli communautaire qui provoque des dégâts ».

« La casse de l’hôpital public »

Elle l’avoue, elle se bat contre le système politique actuel, se référant à un domaine qu’elle connaît bien en tant que médecin : « En 20 ans, une gestion catastrophique a abouti à la casse de l’hôpital public. Le cœur de la santé doit revenir aux soignants et aux patients, pas aux gestionnaires qui fixent des objectifs de rentabilité et non des résultats efficaces et bienveillants ». Anne-Sophie Wurtz dénonce la suradministration des hôpitaux et demande le rétablissement d’une médecine de proximité, l’abolition du pass vaccinal et la réintégration des personnels suspendus ».

Dans son métier, elle a pu constater les dégâts causés par la crise sanitaire et le pouvoir d’achat  : «  Les citoyens ont de plus en plus de mal, grâce à cette campagne, j’espère pouvoir recevoir les doléances et construire des solutions en fonction des objectifs du parti ».

Pour défendre ses idées, elle espère pouvoir organiser une réunion publique au mois de juin sur Albertville

Bio express

Anne-Sophie Wurtz est née à Roubaix et habite Faverges. Elle a 55 ans, vit pacsée, sans enfant. Médecin du sport, elle est aussi spécialisée en hepato gastro entérologie. Elle exerce actuellement aux Thermes de Brides-Les-Bains. Elle pratique le triathlon.