Quand une artiste fait rencontrer vache sacrée et abondance

« Dans notre culture, la vache est sacrée et on la trouve partout », rappelle Deneth Piumakshi.
« Dans notre culture, la vache est sacrée et on la trouve partout », rappelle Deneth Piumakshi.

Des couleurs chatoyantes, Deneth Piumakshi Veda Arachchige en apporte beaucoup à travers ses créations d’art multidisciplinaire. A 42 ans, l’artiste est arrivée en France en 2012 après avoir été sélectionnée par l’institut français du ministère de la Culture pour une résidence artistique à Paris. Quelques mois plus tard, ce même ministère lui propose, via le ‘‘passeport talent’ de continuer sa carrière ici, lui permettant plus d’opportunités dans les arts contemporains tout en faisant valoir la culture sri-lankaise.

Lors d’un de ses nombreux allers-retours au Sri Lanka, elle rencontre son futur mari, un Français qui fait régulièrement des saisons en tant que pisteur à Châtel. Aujourd’hui, cela fait cinq ans que l’artiste vit à La Chapelle-d’Abondance. Les vaches qui peuplent le paysage pendant la belle saison lui ont donné l’idée de les amener à rencontrer Kamadhenu, une déesse vache sacrée venue du Sri Lanka. « Dans notre culture, la vache est sacrée et on la trouve partout. Petite, j’allais même à l’école en charrette à vaches ! raconte l’artiste. J’ai donc eu l’idée d’écrire et d’illustrer un conte pour les enfants, en français et en anglais, en imaginant une rencontre entre cette déesse, mère de toutes les vaches, et celles de la vallée d’Abondance, pour un échange culturel. » Toutes les illustrations très colorées détiennent même des anecdotes et des éléments réels, tels que certains détails sur les chalets ou les noms des personnages, apportant une touche personnalisée et contemporaine à l’histoire.

Tandis que la déesse des vaches rend une visite de courtoisie à ses consœurs au bout du monde, pour Deneth Piumakshi, il s’agit de s’accoutumer sur une plus longue période à une autre culture et surtout un autre climat. « Le plus difficile pour moi est l’hiver quand il y a beaucoup de neige, et surtout le froid ! Au Sri Lanka, il fait une moyenne de 35º toute l’année », rit la peintre. Malgré ce petit désagrément, elle affirme que c’est un endroit où il fait bon vivre et que la nature est vraiment très belle. « Et finalement, au milieu de toutes ces vaches, je ne suis pas trop dépaysée ! »

Des messages dans son art

Deneth Piumakshi Veda Arachchige est également une artiste engagée et œuvre beaucoup pour la cause féminine ou encore pour faire valoir la reconnaissance et les droits des différentes tribus de son pays, le Sri Lanka. Ces thèmes l’amènent à faire des expositions à travers l’Europe pour questionner les gens différemment et selon d’autres points de vue.

La déesse vache héroïne de son conte est une allégorie de cette puissance féminine et du partage.