Albertville: un avenir gastronomique se profile au Château Rouge

D’une surface de 300 m 2  sur trois niveaux, le Château Rouge est entouré d’un terrain de 1898 m 2 .
D’une surface de 300 m 2 sur trois niveaux, le Château Rouge est entouré d’un terrain de 1898 m 2 . - Crédit : Anne Mutelet-Viallat

Acquis par la Ville en 1973, le Château Rouge est proposé à la vente au prix de 490 000 euros. Si aucun projet de rénovation n’a jusqu’à ce jour encore abouti, un promoteur qui ne souhaite pour le moment pas communiquer sur le sujet pourrait changer la donne avec son idée d’aménagement d’un restaurant gastronomique. En termes de dynamisme et d’attractivité, une telle ambition ne pourrait que valoriser la cité médiévale de Conflans encore trop souvent qualifiée de « sous-exploitée » à certaines périodes de l’année.

L’accès au Château Rouge est-il toujours un frein ?

Il y a quelques mois, le maire de la cité Frédéric Burnier Framboret avait évoqué le problème d’accès à cette bâtisse patrimoniale. Aujourd’hui, l’édile assure que le projet en bonne voie  : « Il s’agit toujours du même projet. Si rien n’est acté, on peut dire que les démarches administratives ont avancé. On a rencontré les Architectes des Bâtiments de France et la Direction régionale des affaires culturelles qui ont bien compris le projet de ce promoteur à savoir la sauvegarde de ce lieu auquel il souhaite redonner vie. Mais, pour le moment, c’est toujours en cours d’études ».

Doucement mais sûrement, les choses avancent plutôt favorablement pour cet acquéreur potentiel qui devra, s’il était amené à devenir propriétaire de cette édifice historique, respecter toutes les contraintes architecturales de ce site protégé.

D’importants travaux de rénovation à prévoir

Du XIVe siècle, Château Rouge est inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis le 8 septembre 1928. Ce bien exceptionnel, implanté au calme dans un environnement privilégié, bénéficie d’un potentiel exceptionnel grâce à ses nombreuses possibilités d’aménagement d’habitat ou de nature commerciale. Mais, si des travaux de restauration ont été menés par vagues depuis 1984 afin de conserver la qualité originelle de l’ouvrage, d’autres, d’envergure, restent encore à prévoir.