Législatives : Lionel Tardy récupérera-t-il son siège de député?

Sur la 2e circonscription de Haute-Savoie, 15 candidats vont briguer le siège de député, remporté en 2017 par Frédérique Lardet (LREM à l’époque).
Sur la 2e circonscription de Haute-Savoie, 15 candidats vont briguer le siège de député, remporté en 2017 par Frédérique Lardet (LREM à l’époque).

Député pendant une décennie (2007-2017), Lionel Tardy va-t-il faire son retour sur les bancs de l’Assemblée Nationale ? Battu lors des dernières Législatives par Frédérique Lardet (LREM), l’ancien parlementaire, aujourd’hui vice-président du Département depuis 2021, repart en campagne pour cette élection, toujours sur la 2e circonscription de Haute-Savoie (cantons d’Alby-sur-Chéran, Annecy Centre et Nord-Est, Seynod, Thônes et Faverges).

Pour cette échéance, il sera accompagné par une figure politique locale bien connue, Annabel André-Laurent.

La bataille de la droite et du centre

Début mai, lors de l’officialisation de sa candidature, l’ex des Républicains avait pourtant semé le trouble en se déclarant « candidat de la droite et du centre » tout en « soutenant la majorité présidentielle ». De quoi faire réagir, dans les jours suivant cette annonce, deux de ses principaux adversaires.

À commencer par Catherine Pacoret. Investie par l’UDI, la conseillère régionale a annoncé avoir également reçu le soutien… des Républicains ! Même rappel du côté d’Antoine Armand, petit-fils du résistant Louis Armand, qui peut compter sur l’appui des «Marcheurs» Sophie Cluzel et Frédérique Lardet. Arrivé en troisième position, il y a cinq ans, le Rassemblement National s’appuie sur Anaïs Nanche. Reste à savoir si ce parti parviendra à conserver ses forces malgré la candidature de San Hippomene, désigné par Reconquête pour remporter cette bataille électorale.

Les forces de gauche divisées

À gauche de l’échiquier politique, l’union initialement prônée n’a pas abouti.

Loris Fontana, membre du Parti communiste français, représentera la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) sur cette élection. Élection à laquelle participera Pascal Sciabbarrasi d’Europe Écologie – Les Verts (EELV) mais sans étiquette cette fois-ci. Déjà candidat aux dernières législatives de 2017 et municipales de 2020, Naci Yildirim portera la voix des travailleurs sous les couleurs de Lutte Ouvrière.

Les outsiders

Enfin, certains électeurs ne se retrouveront pas dans ces partis ou ces candidats.

Ils pourront peut-être se reconnaître chez d’autres.

Jean-Paul Vigarié (Parti animaliste), Damien Cornu (L’Appel au Peuple), Christian Curdy (Écologiste), Willy Collomb-Patton (Les Voix de Savoie), Sylvie Brancaleone (Les Patriotes), Oudji Boussa (divers) et Thimothée Peraldi (divers) veulent faire souffler un vent nouveau sur la 2e circonscription de Haute-Savoie.

Résultats 2017

1er tour  : Frédérique Lardet (LREM) 40,72 % ; Lionel Tardy (LR) 25,71 % ; Vincent Lecaillon (FN) 8,79 % ; Yann Burguière (LFI) 7,11 % ; Jeannie Tremblay (Eco) 5,13 % ; Loris Fontana (PCF) 2,04 % ; Ghislain La Spisa (PS) 1,83 % ; Jean-Marc Brûlé (PRG) 1,20 % ; Claude Baudoin (Eco) 1,10 % ; Jérôme Gretz (DD) 1,03 % ; Jean-Paul Vigarié (DIV) 0,96 % ; Lionel Falcy (REG) 0,91 % ; Maurice Ravaz (REG) 0,81 % ; Pierre Mollier (DIV) 0,65 % ; Martine Delachet (Eco) 0,55 % ; Naci Yildirim (EXG) 0,49 % ; Chantal Touvet (DD) 0,46 % ; Michel Sarteur (DD) 0,38 % ; Camille Thebaut (DIV) 0,15 %.

2e tour  : Frédérique Lardet (LREM) 53,60 %, Lionel Tardy (LR) 46,40 %

Élue députée en 2017, Frédérique Lardet a finalement privilégié l’action locale

Frédérique Lardet, à l’Assemblée Nationale, aux côtés de l’ancien secrétaire d’État Julien Denormandie.

Officiellement, le député sortant de la deuxième circonscription de Haute-Savoie se nomme Jacques Rey. Ce dernier, ancien maire de Sevrier, occupe ce siège à l’Assemblée Nationale depuis le 30 janvier dernier. Cela faisait suite à la démission de la titulaire du siège, Frédérique Lardet, qui avait lié son avenir au recours de Jean-Luc Rigaut pour les Municipales de 2020 à Annecy.

À quelques semaines près, Frédérique Lardet aurait pu boucler son quinquennat sans cette règle de cumul des mandats. Mais elle a préféré celui de présidente du Grand Annecy à celui de députée.

En février dernier, l’élue annécienne s’était livrée dans les colonnes de l’Essor Savoyard sur son expérience au Palais Bourbon.

Les faits marquants de son mandat

Inconnue sur la scène politique avant 2017, Frédérique Lardet (membre de LREM à l’époque) avait surfé sur la vague macroniste des Présidentielles pour damer le pion à Lionel Tardy aux législatives sur son territoire.

Connue pour son franc-parler, quitte à bousculer les codes, l’ex-députée, ancienne dirigeante dans l’hôtellerie-restauration, a travaillé sur plusieurs dossiers liés au tourisme et à la montagne. Elle avait contribué, aussi, à la prime montagne des militaires du 27e BCA au printemps 2019.

Elle est également à l’origine d’une proposition de loi, la seule de son mandat, sur le titre de télétravail.

Enfin, elle avouait avoir été très marquée par l’affaire Benalla à l’été 2018, causant une paralysie de l’Assemblée Nationale et la suspension de la révision constitutionnelle.