Contre la chaleur des villes, le gouvernement envisage des îlots de fraîcheur

La ville est encore plus sujette que le reste à de très fortes températures. Il faut la rafraîchir.
La ville est encore plus sujette que le reste à de très fortes températures. Il faut la rafraîchir. - Photo d’illustration Pixabay

Une situation de plus en plus inquiétante

Ces dernières décennies n’ont pas été en reste pour pousser l’urbanisation, la densification urbaine à outrance. Et les villes, les grandes métropoles en priorité, se retrouvent aujourd’hui confrontées beaucoup plus souvent à une problématique de température. Le changement climatique impose plus fréquemment et plus durablement des hausses importantes de température, mais la chaleur est elle aussi accrue par l’urbanisation, par les modes de vie très énergivores et producteurs de chaleur, par la trépidation de la ville.

Les cités modernes, surbétonnées, surpeuplées et surchauffées, se voient donc contraintes pour tenter de s’opposer à ces changements, d’implanter dans le plus d’endroits possible, des systèmes qui apportent baisse de quelques degrés et fraîcheur pour les habitants, les espaces et les lieux de vie.

Les îlots de fraîcheur

Des villes s’en sont déjà dotées et le gouvernement vient d’annoncer aujourd’hui mardi 14 juin 2022, par la voix de sa porte-parole, Olivia Grégoire, le lancement d’un « programme de renaturation des villes, des centres-villes », avec une dotation financière de 500 millions d’euros. De quoi aux côtés des collectivités locales, aider à financer des dispositifs anti-chaleur, dont des îlots de fraîcheur.

De quoi parle-t-on ?

Un îlot de fraîcheur est une zone dans la ville où l’on met en place de quoi faire baisser la température. L’îlot est souvent obtenu par revégétalisation (arbres, plantations, espaces verts éphémères ou permanents…) des lieux, par installation de revêtements muraux et routiers qui absorbent moins la chaleur, par la présence de points d’eau, par la création de cours d’école, entre autres, dites oasis.

Si la nature avait très largement disparu des villes et centres-villes, elle doit refaire son apparition et son installation durable, à l’encontre du béton si longtemps courtisé.