Tensions et invectives au pied de la salle du conseil municipal

Jannie Tremblay a tenté d’expliquer le motif de la première réunion de travail sur l'avenir de la station.
Jannie Tremblay a tenté d’expliquer le motif de la première réunion de travail sur l'avenir de la station.

Au-delà d’une pétition de 1800 signatures obtenues en 48 heures, un rassemblement spontané a réuni près de 300 personnes devant la salle du conseil le soir même, bien décidées à se faire entendre face à toute décision mal intentionnée sur le devenir de la station.

De nombreuses interrogations

Si Jacques Dalex à son arrivée, a gravi les marches sous les huées, sa première adjointe a joué les pompiers de service, tentant de calmer les ardeurs d’une foule en proie à des interrogations.

« Laissez-nous travailler, nous avons besoin de billes pour revenir vers vous. Nous ne savons pas à l’heure actuelle ce que nous déciderons, ce n’est qu’une réunion de travail à laquelle nous avons voulu associer les groupes minoritaires. Nous aurions pu agir sans eux. Je puis vous assurer que la station ne fermera pas cet hiver, ni l’hiver prochain », a déclaré Jannie Tremblay.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Je profite de l'offre de Noël pour suivre l'actu en continu
J'en profite