Engie, EDF et TotalEnergies appellent sans délai, à réduire la consommation d’énergie

Le gaz, le pétrole, l’électricité pourraient venir à manquer cet hiver. Dès aujourd’hui, les fournisseurs français appellent à un effort commun de réduction de la consommation.
Le gaz, le pétrole, l’électricité pourraient venir à manquer cet hiver. Dès aujourd’hui, les fournisseurs français appellent à un effort commun de réduction de la consommation.

Pénurie ou pas ?

Dira-t-on que c’était un effet élections présidentielle ou législatives ? Quoi qu’il en soit, et malgré la perspective d’arrêt de l’importation de gaz russe, le président de la République n’avait pas annoncé de pénurie énergétique, d’ici la fin de l’année.

Et pourtant, les trois grands producteurs d’énergie, et néanmoins concurrents, Engie, EDF et TotalEnergies viennent en commun dans les pages du JDD (Journal du dimanche) de ce dimanche 26 juin 2022, d’appeler les Français, particuliers ou entreprises, à réduire immédiatement la consommation d’électricité, de gaz ou encore de pétrole.

Le signal d’alarme est tiré !

Serait-ce alors un effet congés d’été qui vont mettre beaucoup de monde sur les routes ? Toujours est-il, l’exhortation à un effort commun sonne comme une alarme. « Depuis maintenant des mois, le système énergétique européen subit de fortes tensions et le système énergétique français n’est pas épargné », indique Catherine MacGrégor la direcrice générale d’Engie, quand Jean-Bernard Lévy, président-directeur-général d’EDF, et Patrick Pouyanné, président-directeur-général de TotalEnergies soulignent : « la flambée des prix de l’énergie qui découle de ces difficultés menace notre cohésion sociale et politique et impacte trop lourdement le pouvoir d’achat des familles ».

La perspective de l’hiver prochain fait peur

Guerre en Ukraine, ruée sur les routes des vacances, retour de très nombreuses activités après la pandémie de covid 19, périodes de fortes chaleurs et de sécheresse promptes, à aussi bien augmenter la consommation qu’à des baisses de production, les centrales nucléaires en difficulté, la fermeture des centrales à charbon… L’été énergivore va inévitablement taper dans les réserves et laisser augurer avec la rentrée et la succession de périodes de froid, d’un hiver 2022 sous le coup de rationnements.

Sans s’attendre à une panne généralisée, les spécialistes parlent de pénuries ponctuelles et de régulation contrainte de la disponibilité énergétique.

Une situation préoccupante qui pousse à…

À un retour en arrière écologique ! Puisque la France, les Pays-Bas, l’Allemagne ou encore l’Autriche en ont, eux, déjà remis en route, prévoit de relancer, en cas de nécessité, la centrale au charbon de Saint-Avold en Moselle fermée depuis le 31 mars.

Alors, les Français devront-ils partir en vacances moins loin ? Avec des moyens de transport plus collectifs ? Les Français devront-ils débrancher les climatisations, les ventilateurs, devront-ils moins cuisiner (débrancher les planchas au gaz ou électrique...), moins éclairer, recharger les équipements électroniques, leur voiture électrique ou hybride ? « Nous devons engager un grand programme d’efficacité énergétique et une chasse au gaspillage nationale. L’effort doit être immédiat, collectif et massif. Chaque geste compte », font savoir les fournisseurs dans le JDD.

À vous de compter vos gestes.