Après le soleil, Vétraz-Monthoux se tourne vers la terre

Le parc du centre-bourg accueillera la future centrale de géothermie, qui sera souterraine.
Le parc du centre-bourg accueillera la future centrale de géothermie, qui sera souterraine.

À l’heure actuelle, l’école maternelle Françoise Dolto est déjà équipée de quatre sondes de géothermie qui permettent de chauffer plusieurs salles en hiver et les rafraîchir l’été. La municipalité de Vétraz-Monthoux ne compte toutefois pas s’arrêter là. En même temps que l’annonce de l’installation d’une centrale photovoltaïque, le maire, Patrick Antoine, a déclaré vouloir mettre en place un réseau de chaleur en géothermie. « Les différents témoins sont au vert » indique-t-il, Didier Esposito, directeur des services techniques, abondant : « On est dans un secteur vraiment propice à la réalisation de ce type d’ouvrage ».

La nouvelle mairie sera le premier des nouveaux emplacements. Avec une livraison prévue en 2023, ce sera l’occasion de réguler la température des 1400m² de surface du bâtiment. Viendra ensuite un projet devant abonder tout le centre bourg. Seront concernés la mairie actuelle et l’ancien groupe scolaire ainsi que les futures surfaces commerciales. Une quinzaine de sondes seront implantées au niveau du parc, l’installation étant quasiment invisible.

À raison d’un coût estimé entre 300 et 400 euros le mètre linéaire, le projet devrait coûter de 2 à 4 millions même si « pour l’instant on est plutôt à 2 millions » indique le maire.

La loi Climat et Résilience pour les collectivités

Votée en 2021, la loi Climat et Résilience a pour ambition d’améliorer l’impact environnemental des villes. Elle affiche plusieurs objectifs, parmi lesquels on retrouve une réduction de la circulation automobile dans les grandes métropoles, une limitation de l’artificiailisation des sols ou encore l’interdiction de la mise en location des « passoires énergétiques » que sont les logements mal isolés.

C’est ainsi cette loi qui prévoit la réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici 2030.