Le « violeur de la Sambre » condamné à 20 ans de prison pour 54 viols et agressions sexuelles

Dino Scala a été condamné ce vendredi 1er juillet à 20 ans de réclusion criminelle. Il est reconnu coupable de 54 cas de viols et d’agressions sexuelles.
Dino Scala a été condamné ce vendredi 1er juillet à 20 ans de réclusion criminelle. Il est reconnu coupable de 54 cas de viols et d’agressions sexuelles. - La Voix du Nord

Dino Scala, surnommé le « violeur de la Sambre », a été condamné ce vendredi 1er juillet à 20 ans de réclusion criminelle, assortie d’une peine de sûreté des deux tiers. Il a été reconnu coupable de 54 cas de viols et d’agressions sexuelles sur les 56 pour lesquels il était jugé.

Dino Scala, 61 ans, était jugé depuis le 10 juin par la cour d’assises du Nord pour 7 viols, 12 tentatives de viol et 27 agressions ou tentatives d’agression sexuelle. Des faits commis entre 1988 et 2018, autour de la Sambre, une rivière traversant la frontière franco-belge.

Dans la matinée, il avait présenté des « excuses aux victimes », avant que la cour ne se retire pour délibérer.

Il reconnaît 40 agressions

Ce « Monsieur Tout-le-Monde » avait été arrêté en février 2018, après une énième agression en Belgique.

À l’audience, l’agresseur a reconnu quarante des faits qui lui étaient reprochés, mais affirmait être innocent pour seize autres. Sur les 56 victimes, âgées de 13 à 48 ans au moment des faits, près de la moitié seulement a assisté au procès, beaucoup ne voulant pas se confronter à leur agresseur. L’avocate de Dino Scala a dénoncé une « enquête bâclée  » et des rapprochements opérés avec « un tamis à grosses mailles  », entre des faits réels et des dossiers « vides ».

Du côté des victimes, l’avocate de neuf d’entre elles, Fanny Bruyerre, estime que « la loi n’est pas à la hauteur : vingt ans, c’est tellement peu ». « La peine maximale encourue est moins longue que la durée de ses agissements », souligne-t-elle.