La Savoie passe en alerte sécheresse renforcée

La carte émise par la préfecture indique la situation de l’alerte sécheresse en fonction des secteurs.
La carte émise par la préfecture indique la situation de l’alerte sécheresse en fonction des secteurs.

La situation se dégrade

En Savoie, on n’en était pas encore arrivé là. Se disait-on que cela ne se produirait pas ? C’eut été un brin naïf. Compte tenu des températures subies aussi ici et malgré les dernières pluies qui ont pu paraître abondantes.

Mais sans aucun doute insuffisantes au regard d’une succession de saisons plutôt sèches depuis plusieurs années, d’un enneigement pauvre et d’un réchauffement galopant jusqu’à très haute altitude. Conséquence directe les niveaux d’eau dans les cours d’eau ne cessent de baisser.

« Les températures élevées et les faibles précipitations observées depuis la deuxième quinzaine de juin ont conduit à une aggravation de la dégradation des milieux aquatiques constatée depuis mai. Les pluies récentes n’ont pas permis d’enrayer le déficit de précipitations accumulé sur l’ensemble du département depuis le début du printemps. Et rien ne saurait venir contrecarrer la tendance, avec l’annonce faite de températures en hausse dans les jours à venir, liées à l’absence de pluie », explique la préfecture de Savoie dans son communiqué émis ce jeudi 7 juillet 2022.

L’alerte devient renforcée

« En raison de la baisse continue des débits des cours d’eau, les territoires de l’avant-pays savoyard, les bassins-versants du Guiers, du lac du Bourget, du Chéran et la Combe de Savoie sont placés en alerte renforcée », détaille l’organe de l’État.

Les mesures annoncées et à appliquer immédiatement :

➢ l’interdiction des prélèvements directs dans les cours d’eau ou dans les ressources

souterraines (nappes, sources) pour des usages domestiques ;

➢ l’interdiction de lavage des véhicules, hors station de lavage, de vidange et remplissage

des piscines privées, de fonctionnement des fontaines en circuit ouvert et de lavage

des voiries (hors impératif sanitaire) ;

➢ l’interdiction de l’arrosage des pelouses, des jardins potagers et des espaces verts,

➢ l’interdiction de l’arrosage des stades et espaces sportifs, dont les golfs, entre 8 h et

20 h ;

➢ l’interdiction de l’irrigation agricole, entre 9 h et 20 h ;

➢ l’interdiction de remplissage des retenues collinaires et de substitution.

Sauf pour le Beaufortain et le val d’Arly

Ces deux secteurs à l’est du département ne seront pour le moment pas contraints à l’alerte renforcée. Seulement à l’alerte. « Dans l’est du département, les débits des cours d’eau et des sources sont restés satisfaisants. Néanmoins, le stock de neige continue de baisser, conduisant à rester vigilants sur l’évolution de la situation à moyen terme. »

Les mesures pour ces deux secteurs :

➢ l’interdiction des prélèvements directs dans les cours d’eau ou dans les ressources

souterraines (nappes, sources) pour des usages domestiques ;

➢ l’interdiction de lavage des véhicules, hors station de lavage, de vidange et remplissage

complets des piscines privées, de fonctionnement des fontaines en circuit ouvert et

de lavage des voiries, hors impératif sanitaire.

➢ l’interdiction de l’arrosage des pelouses, des jardins potagers, des espaces verts, des

stades et espaces sportifs, dont les golfs, entre 8 h et 20 h. L’irrigation agricole est

quant à elle interdite entre 11 h et 18 h.

Et la Tarentaise et la Maurienne

Deux secteurs restant en vigilance. Où il est tout de même appelé à des usages de l’eau plus parcimonieux.

Pour plus de détail, se référer à l’arrêté préfectoral, disponible sur le site de l’administration.