Vallées de l’Arve et du Giffre : plein-emploi et pénurie de main-d’œuvre

Dans les vallées de l’Arve et du Giffre (ici Taninges), le taux de chômage n’est que de 6,2%.
Dans les vallées de l’Arve et du Giffre (ici Taninges), le taux de chômage n’est que de 6,2%.

Pôle emploi Cluses étant partenaire du forum du Parvis des Esserts, ce jeudi 7 juillet, l’occasion était idéale pour brosser avec Carine Degallaix, sa directrice, un tableau succinct de la situation sur le front du chômage. Ou plutôt du plein-emploi, atteint lorsque le taux de chômage est de moins de 5 %, car avec un pourcentage de 6,2 % entre Reignier-Ésery et Magland, en passant par la vallée du Giffre, la donne est meilleure que sur le plan national (7,3 % fin mars).

Les entreprises se retrouvent toutefois confrontées à une pénurie de main-d’œuvre, surtout qualifiée. « Dans tous les secteurs, la situation est relativement tendue », commente Carine Degallaix. À dominante industrielle, le territoire se caractérise aussi par son économie touristique très développée et par des difficultés à recruter des saisonniers, « d’autant plus l’été à cause de la concurrence des stations balnéaires. »

Peu de chômeurs de longue durée

9000 demandeurs d’emploi sont inscrits sur les listes du Pôle emploi de Cluses et des agences qui lui sont rattachées, « dont 7000 qui travaillent régulièrement », tient à préciser Carine Degallaix. Les chômeurs de longue durée ne sont qu’un millier. Quant aux frontaliers, ils représentent 15 % des inscrits : « C’est évidemment beaucoup moins que dans le Chablais, à Annemasse ou à Thoiry », compare la directrice de Pôle emploi Cluses.

Actuellement, 960 offres sont diffusées ; une offre pouvant correspondre à plusieurs postes. « Au plus fort de la crise sanitaire, nous étions tombés à 200, indique Carine Degallaix. Il faut bien comprendre que ce nombre d’offres est un stock : ça rentre et ça sort. » Signe que la reprise économique est relativement soutenue.