Jean Jacquet, la passion de l’horlogerie

Jean Jacquet au ski, avec sa fille Dominique.
Jean Jacquet au ski, avec sa fille Dominique.

Jean Jacquet est natif de Bois d’Amont dans le Jura. Né en 1931, il a grandi à Coupy où son papa était douanier. Horloger de métier, il rencontre sa femme Monique, originaire de Longeray en 1957, grâce au théâtre. Le couple se marie le 4 avril 1959. Monique est secrétaire chez Maître Cordier, notaire et ils donnent naissance à Dominique en 1961 et à Christian en 1968. Jean travaille tout d’abord à Annemasse, dans une fabrique d’horlogerie avant de se mettre à son compte en 1956. Il s’installe tout d’abord « en chambre », c’est-à-dire à l’étage.

Il effectue des réparations pour la bijouterie Dérobert et pour la bijouterie Lamy de Nantua. Il va même chercher des carillons dans le pays de Gex à vélo. Il s’installe en face de la cure, rue de la République, au-dessus de l‘Etoile des Alpes, l’actuelle librairie. En 1969, il achète un fonds de commerce place Victor-Bérard avant de venir s’installer en 1988, au 47 rue de la République. Sportif et passionné de montagne, Jean se consacre au ski club. C’est lui, qui aidé d’autres membres, instaure les sorties du dimanche avec une forte participation de Collongeois.

Il est également l’un des fondateurs du club de judo et membre très actif de l’union des commerçants. Il fait deux mandats au conseil municipal avec Marcel Berthet, joue au théâtre et chante au sein des chorales. Également bénévole à la paroisse, il aime prendre des initiatives et aider son prochain. D’une gentillesse inconditionnelle, n’hésitant pas à porter secours aux plus démunis, Jean était apprécié de tous et son sourire a marqué les esprits. Frappé par Alzheimer depuis six ans, son état de santé s’est fortement dégradé avec le Covid, le privant de cette vie sociale tant aimée. Il s’est éteint le 6 juillet à l’âge de 91 ans.