Une cliente attaque McDo en justice après avoir découvert un lézard dans son burger

Une cliente attaque en justice le géant du fast-food McDonald’s, après avoir découvert en février 2021 un lézard à l’intérieur de son burger.
Une cliente attaque en justice le géant du fast-food McDonald’s, après avoir découvert en février 2021 un lézard à l’intérieur de son burger. - Photo d’illustration - Flickr

Elle ne s’attendait pas à croquer dans un « McLézard ». En février 2021, une cliente a découvert un petit reptile à l’intérieur de son burger McDonald’s commandé via l’application Uber Eats. C’est en tout cas ce qu’elle relate auprès du Parisien.

Après avoir pris une première bouchée, elle affirme avoir senti « qu’il y avait quelque chose de bizarre  ». « Je l’ai ouvert et c’est là que j’ai découvert un lézard écrasé avec les boyaux qui sortaient », décrit-elle. La femme, mère de famille, allaite son enfant au moment des faits. Les lézards pouvant être vecteurs de maladies comme la salmonellose, elle s’inquiète et mettra finalement un terme à l’allaitement du bébé. « C’est surtout pour lui que j’ai eu peur  », confie-t-elle.

Une réduction de 10 % sur sa prochaine commande

La femme se rend alors dans le restaurant responsable de sa commande, à Saint-Witz, dans le Val-d’Oise. Elle explique se retrouver face à un personnel qui « a du mal à se justifier  ». « J’ai eu l’impression qu’ils n’étaient pas surpris du tout. Le cuisinier était derrière et à aucun moment il n’est venu nous voir. Le responsable n’était pas l à », raconte-elle au Parisien.

En guise de compensation, elle se voit proposer une réduction de 10 % sur son prochain repas. Plus tard, elle est contactée par un responsable de l’enseigne qui lui propose un arrangement avec leur assurance. Pour elle, cela signifie « qu’ils reconnaissent qu’il y a eu un problème ». « Moi, je voulais surtout qu’ils s’excusent  », confie-t-elle.

Un procès en 2023

La femme se rapproche finalement d’un avocat, Me Frédérick Petipermon, inscrit au barreau de Paris. Ce dernier a lancé une citation directe pour que l’entreprise comparaisse en justice pour mise en danger de la vie d’autrui. L’audience aura lieu en février 2023, deux ans après les faits, au tribunal de Pontoise dans le Val-d’Oise.

L’agence qui assure la communication du géant du fast-food assure, auprès du Parisien, qu’une « enquête interne a été immédiatement diligentée au moment des faits, en février 2021. Celle-ci n’a mis en évidence aucune non-conformité ». Elle rappelle également que « la qualité et la sécurité alimentaire sont la priorité de l’enseigne et, à ce titre, de très nombreux audits et contrôles sont appliqués tout au long de la préparation de nos menus, tant chez nos fournisseurs qu’au sein de l’établissement ».

La direction du restaurant concerné à Saint-Witz « continuera de transmettre à la justice les éléments nécessaires dans le cadre de cette affaire  », affirme l’agence.