Bellegarde : le tabac-presse du pont de Coupy a rouvert ses portes

Anthony, employé, et Claire, patronne, à votre service au pont de Coupy sept jours sur sept.
Anthony, employé, et Claire, patronne, à votre service au pont de Coupy sept jours sur sept.

Depuis le 2 juillet, le tabac-presse du pont de Coupy a repris du service. Fermé depuis plusieurs mois pour cause de liquidation judiciaire, il a été repris par Claire Rigollet. La jeune fille, originaire de Vienne en Isère, n’a que 18 ans, mais elle est née avec la bosse du commerce et une sérieuse envie de travailler.

De la suite dans les idées

« Au départ, explique-t-elle, j’ai fait un CAP de service dans l’hôtellerie-restauration, à Bellerive. Après une tentative dans la pâtisserie, qui ne m’a pas convenue, je suis rentrée à l’institution Robin, pour faire un bac pro commerce. Une année compliquée, à cause du Covid. » Dans sa tête, pendant ce temps, mûrissait dans son esprit un projet professionnel : exploiter un bureau de tabac. « Mon père en tenait un à Echirolles, puis à Firminy. Depuis toute gosse, j’adorais, l’été et les jours de congé, donner un coup de main à mes parents. J’aime le contact, c’est mon truc… En 2021, mon père apprenait qu’un établissement se libérait à Bellegarde. Il m’en a parlé, nous avons regardé de plus près… et avons décidé que je le reprendrai ! »

Après quatre mois de tractations, tout en révisant son bac, Claire, sa famille et ses amis ont entrepris d’indispensables travaux dans le local commercial qui, cerise sur le gâteau, dispose d’un logement à l’étage, compris dans l’affaire. « Nous y avons passé pas mal de week-ends pour reprendre l’installation électrique, réagencer, repeindre, tout faire propre… » Toujours pendant cette période, Claire a suivi une formation de buraliste, tabac et presse, deux fois trois jours à Lyon et à Dijon.

Pas froid aux yeux

Le 2 juillet, tout était fin prêt pour l’ouverture. Avec au passage son bac dans la poche, Claire levait le rideau du bureau rebaptisé L’impensable. Pourquoi donc un tel patronyme ? Sans doute parce que Claire ne pensait pas se lancer aussi vite dans le grand bain de la vie. Sans doute aussi parce qu’elle a instauré des horaires hors du commun, et que le magasin n’a pas un seul jour de fermeture (lire ci-contre). « Les gens doivent pouvoir nous trouver le plus largement possible ! »

Pour l’aider, Claire peut compter sur son employé, Anthony, un néo-nantuatien, ex-frontalier de 27 ans, qui ne rechigne pas à la tâche. Afin de respirer un peu, Claire compte bien, d’ici l’automne s’adjoindre un mi-temps complémentaire.

Bon vent !

Des horaires... étendus !

- L’Impensable est ouvert tous les jours, non stop, du 5h30 à 20h30 du lundi au samedi, et de 7h à 20h le dimanche.

On y trouve le tabac, bien sûr, mais aussi la presse magazine, quotidienne et hebdomadaire, dont, évidemment,

La Tribune Républicaine  !