Les vaches ont perdu jusqu’à 100 kilos cet été!

Comme tous les éleveurs, le troupeau de Guillaume Mollard subit fortement cet été caniculaire.
Comme tous les éleveurs, le troupeau de Guillaume Mollard subit fortement cet été caniculaire.

Sur les hauteurs des Contamines, à 1 750 mètres d’altitude au lieu-dit du « Truc », une partie du troupeau du Gaec Le Vivier est en estive. Dirigé par la famille Mollard depuis quatre générations, le Gaec produit du lait et de la viande en vente directe. « Nous sommes l’élevage le plus près du mont Blanc », reconnaît Guillaume Mollard. Malgré l’altitude, ici aussi l’été est difficile.

Les fortes chaleurs et la sécheresse ont eu raison des pâturages « L’herbe qu’elles mangent en ce moment n’a plus d’énergie. C’est juste de la fibre. » Il estime qu’une vache de 600 kg a perdu cette année de 50 à 100 kg avec la chaleur. C’est énorme ! « Elles sont épuisées, plus fragiles. » Cela influe évidemment sur la production de lait. « En août on a produit 5 000 litres de lait en moins, soit une perte de 3 000 euros. » Pour le consommateur ça veut dire beaucoup moins de reblochon et plus cher. La saison hivernale sera également dure pour les éleveurs. Les champs situés en plaine ont encore plus fortement subi la sécheresse. « L’an dernier nous avions ramassé trente-six autochargeurs de 50 m3 avec le regain (le foin qui sert à nourrir les vaches l’hiver), cette année on n’en a fait que dix-sept. On va devoir acheter la différence pour arriver à la fin de l’hiver. » Il nous parle également de l’augmentation des prix du foin et des céréales.