Archamps : l’association Lettres frontière promeut la littérature transfrontalière depuis 30 ans

Avec son roman «Inflorescence», Raluca Antonescu est l’une des favorites du 29e prix Lettres frontière.
Avec son roman «Inflorescence», Raluca Antonescu est l’une des favorites du 29e prix Lettres frontière. - Photo AtelierMoodEyes.

Les mots, bien plus que les hommes, n’ont que faire des frontières. Mieux : ils s’en affranchissent. Avant même que le Grand Genève soit une réalité politique et de la vie quotidienne, il avait déjà gagné ses lettres de noblesse sur le plan culturel, si souvent en avance sur les évolutions sociétales.

En 1993, les élus d’Annemasse, Thonon-les-Bains et Genève lancent le prix « Lettres frontière », qui, comme son nom le suggère, rassemble dans sa sélection des écrits tant français que suisses. «  C’était vraiment une volonté politique au départ, insiste Séverine Davignon, chargée de mission et unique salariée de l’association Lettres frontière. Constat a été fait qu’en dépit de la frontière, la langue, l’histoire et les valeurs sont communes.  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite