Marnaz : l’entreprise Bontaz a fait montre de son potentiel en matière de diversification

Bruno Le Maire a pu tester un vélo électrique dont le système de freinage a été pensé par Bontaz.
Bruno Le Maire a pu tester un vélo électrique dont le système de freinage a été pensé par Bontaz.

C’est un invité de marque que Daniel Anghelone, directeur général de Bontaz, et ses employés, ont accueilli sur le site de Marnaz, le vendredi 23 septembre dernier. La visite de Bruno Le Maire a été l’occasion de présenter les pistes de diversification envisagées par l’entreprise, pour prévenir la baisse de 60 % des ventes de voitures thermiques, avant leur fin programmée en 2035.

Investir le marché de l’hydrogène

En 2021, l’entreprise a créé un département innovation dédié au développement d’autres marchés, dont celui de l’hydrogène. Un marché sur lequel Bontaz entend se positionner, avec pour objectif de devenir le premier fabricant mondial de sous-systèmes d’admission H2 pour la pile à combustible. Lors de sa visite, Bruno Le Maire a pu constater le savoir-faire de Bontaz en la matière et souligner la pertinence de cette transformation, aussi économique qu’environnementale. « L’entreprise Bontaz est un modèle. Le marché de l’hydrogène est prometteur pour notre industrie puisque contrairement à la fabrication de batteries électriques, nous avons la capacité de produire la matière première », a déclaré Bruno Le Maire.

Se positionner sur la mobilité douce électrique

Le ministre s’est ensuite prêté au jeu du crash-test, en essayant un vélo électrique, dont le système de freinage a été conçu par l’entreprise Bontaz. Une équipe dédiée à la conception et à la production de systèmes de freinage a été montée en interne. Bontaz ambitionne d‘intégrer le top 5 des fournisseurs de moteurs pour vélos à assistance électrique et de freins, cette fois pour tout type de vélos.