La Suisse, pas si libérale que ça en matière de licenciement ?

Ibrahima Diao est juriste au sein de l’Amicale des frontaliers et reçoit dans les bureaux de l’antenne située à Gaillard.
Ibrahima Diao est juriste au sein de l’Amicale des frontaliers et reçoit dans les bureaux de l’antenne située à Gaillard.

À Genève, une idée véhiculée tend à laisser penser que l’employeur peut licencier comme il veut, seniors et travailleurs plus jeunes. Elle est battue en brèche par Ibrahima Diao. «  Il y a des règles et des droits pour les travailleurs », souligne le juriste au sein de l’Amicale des frontaliers, depuis son bureau de Gaillard. « Le licenciement doit notamment être motivé par écrit après un entretien. Un motif doit forcément être invoqué si l’employé le demande et, dans ce cas, à l’Amicale, on peut intervenir pour examiner si ce motif est justifié ou pas. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite