La Réserve de la gendarmerie nationale, c’est quoi?

Au centre, le commandant Eric Duchenet.
Au centre, le commandant Eric Duchenet.

Son but est de renforcer les effectifs de la gendarmerie active, cela partout sur le territoire français et même à l’étranger, et dans toutes les missions qui lui incombe, de la patrouille aux opérations de sécurité, parfois en totale autonomie.

« Gendarme adjoint, le réserviste est un équipier opérationnel qui vit au rythme des unités, que ce soit en brigade, peloton de montagne, au sein de la garde républicaine ou aux côtés des maîtres de chien  », peut-on lire sur le site de la gendarmerie.

Le choix des missions

« On n’impose pas sa mission à un réserviste, précise le commandant Duchenet ; on lui propose, il accepte ou non. Il est alors, après accord, dirigé vers les bonnes personnes.  » Le réserviste est rémunéré en fonction de son grade lors de ses engagements. « Attention, ajoute Eric Duchenet, on n’est pas réserviste juste quand on est en tenue et en mission, un réserviste, c’est un gendarme, et gendarme, on l’est dans toutes les situations de sa vie. »

Samedi, la formation des huit participants a été validée, « à 75 % sur le premier atelier, à 100 % sur le maniement des armes, à 80 % sur la maîtrise de l’adversaire, se satisfait le commandant Duchenet. Les réservistes semblent avoir apprécié tant le cadre que la nature des exercices. Cela nous servira de base pour l’élaboration de la prochaine formation, en termes de révision des acquis ! »

A noter que c’était la première fois que se déroulait dans l’Ain une telle opération. « Une prochaine pourrait avoir lieu d’ici la fin de l’année dans le Pays de Gex », termine le commandant.