Haute-Savoie: faut-il craindre des coupures de courant cet hiver, face à la crise de l’énergie?

Le préfet de Haute-Savoie Yves Le Breton a dévoilé le plan de bataille en cas de demande d’électricté trop forte. Photo de droite: illustration Pixabay.
Le préfet de Haute-Savoie Yves Le Breton a dévoilé le plan de bataille en cas de demande d’électricté trop forte. Photo de droite: illustration Pixabay.

Des coupures de courant occasionnelles, à grande échelle, cet hiver en Haute-Savoie ? Le scénario, encore inimaginable il y a quelques mois, devient au fil des mois une hypothèse sérieuse, dans un contexte de crise énergétique internationale, alors que l’hiver s’installe dans le pays.

Face à la presse locale ce lundi 5 décembre 2022, le préfet de Haute-Savoie Yves Le Breton a évoqué « une situation inédite pour tout le monde », et détaillé le plan de bataille mis en œuvre par les services de l’État, dans le département.

De quel type de coupure parle-t-on ?

Le terme employé par les autorités est celui du « délestage ». Autrement dit, des coupures ciblées de courant dans des secteurs de la Haute-Savoie, « sur une période de deux heures maximum » d’après le préfet, lors des pics de consommation (le matin et le soir).

Des coupures sont-elles prévues à ce jour ?

À ce jour, pas de coupure prévue. Le préfet renvoie à la météo de l’électricité EcoWatt, qui s’impose cet hiver comme l’outil essentiel pour suivre cette situation. À ce stade, au 5 décembre 2022, la météo est au vert, ce qui signifie que la consommation d’électricité en France est assurée. Mais rien n’est sûr en ce qui concerne les prochaines semaines. Les pouvoirs publics disposeront d’une visibilité à 3 jours, pour anticiper au mieux ces périodes de tension.

Qui serait concerné ?

C’est toute la subtilité du plan. Parmi les usagers en Haute-Savoie, comme ailleurs en France, certains acteurs sont prioritaires, et d’autres pas. « Ce n’est pas le préfet qui décide, tout se fait en lien avec RTE et Enedis », a tenu à préciser Yves Le Breton. Les services publics, notamment l’hôpital où la dépendance à l’électricité est vitale, ou certains industriels dont l’outil de travail peut être endommagé par des coupures intempestives, etc., figurent parmi ces acteurs prioritaires, qui ne seront donc pas impactés par les coupures. Les écoles devraient être épargnées aussi, et les autorités effectuent en ce moment un recensement grâce à l’ARS (Agence régionale de santé) pour donner la priorité aussi aux personnes hospitalisées à domicile.

Si ces délestages doivent intervenir, les habitants concernés seront prévenus en amont par leur opérateur, par SMS.

La liste précise de ces acteurs prioritaires n’est pas rendue publique dans le détail. À noter que les stations de ski ne figurent pas parmi les prioritaires, on ne peut donc pas exclure des coupures de courant pendant une journée de ski.

Habiter près de ces acteurs prioritaires permet-il d’éviter les coupures ?

Pas forcément. Habiter près d’un hôpital ne garantit pas d’être épargné par les coupures, tout dépend comment les réseaux d’électricité sont organisés. Le réseau fonctionne « par grappes », détaille le préfet, il dépend de nombreux paramètres techniques.