Nantua : Raymond Piquet, un résistant raflé et déporté

Raymond Piquet, devant le monument des déportés de l’Ain, en 1987.
Raymond Piquet, devant le monument des déportés de l’Ain, en 1987.

Né à Nantua le 17 octobre 1919, Raymond Piquet fait partie de ces jeunes qui n’acceptent pas en 1940 l’Armistice. Le 11 février 1941, il entre comme menuisier au sein de l’entreprise Rozier, réputé pour ses meubles en bois. Cinq mois plus tard, le 5 juillet 1941, la ville de Nantua reçoit la visite du secrétaire d’Etat à la Jeunesse, Georges Lamirand. A cette occasion, un mat en bois a été installé sur l’esplanade du lac. A son sommet, flotte le drapeau tricolore marqué de la francisque.

Raymond Piquet, René Thuiller, Maxime Bilon et René Jomain décident d’enlever ce drapeau juste avant la venue du ministre et de le remplacer par un drapeau britannique. Quand les autorités découvrent cela, c’est la consternation. Le mat est immédiatement scié.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Je profite de l'offre de Noël pour suivre l'actu en continu
J'en profite