Queige : «Partout où c’est possible de faire des micro-centrales, il faut en faire»

La micro-centrale de Villarasson à Queige en service depuis 2020.
La micro-centrale de Villarasson à Queige en service depuis 2020.

Certaines communes bénéficient déjà d’une micro-centrale. C’est le cas de la commune de Queige où la société Sumatec en a implanté une en 2020. Le maire de la commune Édouard Meunier et son premier adjoint Raymond Combaz sont très satisfaits de cet aménagement. « L’hydroélectricité, c’est la seule énergie capable d’être mobilisée en 3 minutes. C’est une façon de stocker l’énergie en stockant l’eau dans des barrages », indique le premier magistrat qui regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. « C’est une micro-central de 4,5 MW pour une production de 11 millions de KW, ce qui correspond à la consommation de 4500 habitants, soit la population sédentaire du Beaufortain », pointe du doigt Édouard Meunier.

Une production d’électricité locale

Pour lui, c’est une façon de participer à l’effort collectif. « On est fier d’apporter notre pierre à l’édifice. » Même s’il reconnaît que cela rapporte aussi de l’argent. « Il y a des retombées fiscales pour Arlysère de l’ordre de 100 000  € par an et de 50 000 € par an pour la commune. » Pour un investissement qui est lourd puisqu’il équivaut à 7,5 millions.

« Une énergie propre, décarbonée et renouvelable »

« Ça fait plus de 2 ans qu’elle est en fonctionnement, on n’a aucun problème. Partout où c’est possible de faire des micro-centrales, il faut les faire. Il s’agit d’une énergie propre, décarbonée, renouvelable. Il n’y a pas plus génial. Elle est beaucoup moins intermittente que le vent et le soleil. »

Sans atteinte véritable à l’environnement

« Ce sont des cours d’eau très raides, dans des milieux rocailleux. Le milieu écologique y est quand même très faible avec de l’érosion », complète Raymond Combaz.