La Bâthie : Joël, le travail puis les loisirs avec les remontées mécaniques

Joël Petitpoisson est arrivé en 2002 à La Bâthie.
Joël Petitpoisson est arrivé en 2002 à La Bâthie.

Né à Douala, puis après quelques années à Nîmes, Joël arrive au hameau de Vignotan sur la commune de La Perrière (aujourd’hui Courchevel), à l’âge de 7 ans. L’école est au hameau de Champétel, distante de 400m, «  l’hiver on redescendait chez nous en luge, et on faisait du ski dans les prés ». Après le BEPC au collège de Moûtiers Joël s’oriente vers le lycée René Perrin à Ugine pour un BEP mécanique générale et un CAP d’ajusteur. A 17 ans, en attendant le service militaire, premier emploi l’été comme manœuvre dans une société qui assurait le montage de la station d’épuration de Mottaret puis l’hiver à la plonge à la cantine des remontées mécaniques à Courchevel. Les distractions de l’époque, hors ski, c’est la mobylette avec les copains et les bals, à Pomblières, Bride, Bozel et Aigueblanche. Joël choisit de s’engager ensuite dans l’armée de l’air, 3 mois d’école sous-off à Nîmes, un an de formation fusilier commando, brevet de parachutiste puis des missions et quelques sauts à Djibouti et à Dakar.

De retour en Savoie, Joël devient bi-saisonnier, l’hiver à l’exploitation des remontées mécaniques des Ménuires, l’été avec différents emplois, chauffeur livreur, opérateur aux fours de l’usine de Château-Feuillet, conducteur d’engins, chauffeur poids lourds, monteur de remontées mécaniques chez Vernier Frères, « je n’ai jamais été au chômage, j’ai toujours été au travail ». C’est travailler aux remontées mécaniques qui intéresse Joël et après dix années de bi-saisonnier, l’opportunité se présente, il est embauché en CDI à la Sevabel, la société d’exploitation de la Vallée des Belleville. «  J’ai franchi tous les échelons jusqu’au poste de chef de secteur, gestion d’équipe et entretien des installations  », 27 ans de maison lorsque Joël a pris sa retraite en 2019 !

Une retraite bien méritée et bien occupée

Après avoir habité Salins-les-Thermes et Villarly, hameau des Belleville, en 2002 Joël a acheté une maison à La Bathie. La retraite ne signifie pas oisiveté, des travaux sur la maison, la famille, les voyages avec les amis, Tunisie, Grèce, Canaries… et le ski-club : «  Depuis ma retraite je me suis inscrit au ski-club dont je suis le président depuis 2020. Nous sommes environ 40 adhérents et nous organisons des sorties ski tous les dimanches vers les stations de Tarentaise, de début janvier à mi-avril. Les tarifs groupes, en partenariat avec le CSE de l’usine de la Bathie, et les animations que nous organisons, nous permettent de pratiquer un tarif intéressant, de l’ordre de 30 €, forfait + transport. Il reste à espérer que la qualité de l’enneigement et les conditions météo soient bonnes pour que nous puissions avoir une belle saison de ski ! ».