« La Haute-Savoie exporte 75 000 tonnes de déchets issus d’activités économiques vers d’autres départements ! »

Point d’étape du plan de protection de l’atmosphère de la vallée de l’Arve, ce vendredi 13 janvier 2023.
Point d’étape du plan de protection de l’atmosphère de la vallée de l’Arve, ce vendredi 13 janvier 2023.

Ce vendredi 13 janvier, le préfet de Haute-Savoie, Yves Le Breton a présidé la sixième conférence locale de l’air (CL’Air) qui s’est déroulée au sein de l’ENILV de La Roche-sur-Foron, dans le cadre du Plan de protection de l’atmosphère de la vallée de l’Arve.

Les porteurs de projets du PPA ont pu dresser un bilan au 31 décembre 2022 des actions engagées et de leurs résultats.

Le fonds Air bois na pas atteint ses objectifs

Raphaël Castera, le maire de Passy, qui préside la commission « résidentiel tertiaire », a fait savoir, par exemple, que le fonds Air bois n’a atteint que 60 % de ses objectifs, dans le cadre du remplacement des appareils de chauffage anciens. Ainsi, l’aide proposée aux foyers pour qu’ils puissent remplacer leur chaudière (par exemple), est prolongée de deux ans.

La Haute-Savoie exporte ses déchets

Mais l’annonce la plus fracassante a été faite par Éric Fournier, maire de Chamonix, président de la communauté de communes de la vallée de Chamonix, conseiller régional et qui préside la commission réduction des déchets du PPA 2. Alors que l’incinérateur de Passy est régulièrement soupçonné d’importer des déchets de l’étranger, notamment de la Suisse, il a découvert lors de cette étude que le département de la Haute-Savoie exporte vers d’autres départements, chaque année, d’importantes quantités de déchets non traités, en particulier vers la Drôme et la Loire. Des départements qui enfouissent encore leurs déchets, alors que cela n’existe plus en Haute-Savoie.

Pour quelle quantité ?

« Ce sont 75 000 tonnes de déchets d’activités économiques qui ont été exportés cette année (en 2022) vers les centres d’enfouissement d’autres départements, a révélé Éric Fournier. Et ça, ce n’est pas supportable ! »

Dans le même temps, à Passy, ce sont 60 000 tonnes de déchets qui sont incinérés par an. « Dans les deux années qui viennent, nous devrons travailler sur la réduction de nos déchets. On estime que 30 à 40 % des déchets qui sont dans nos poubelles ne devraient pas y être… », poursuit le président de la commission.

Quel coût ?

Selon les chiffres annoncés, l’incinération d’une tonne de déchets coûte 100 euros. Il est alors possible d’établir que l’exportation d’une tonne de déchets coûte environ 120 euros, transport compris ; soit au total un coût de 9 millions d’euros pour se débarrasser de déchets produits dans le département !