Sitom de Passy: «les biodéchets et les déchets verts sont notre gros objectif de l’année»

À partir du 1er janvier 2024, tous les Français devront composter leurs déchets organiques. Cette mesure devrait permettre de réduire considérablement la part incinérable de nos déchets, puisque les biodéchets représentent près de 30 % de nos ordures ménagères. La directrice du Sitom des vallées du Mont-Blanc, Isabelle Descamps Coulmy, place beaucoup d’espoir dans les biodéchets pour réduire la part incinérable.

« Le choix s’est fixé sur le tout compostage »

« Les biodéchets et les déchets verts sont notre gros objectif de l’année. Quand on fait des sites de compostage, on a besoin de structurants pour aérer. On aura besoin des déchets de bois et de branches pour le compostage. On réfléchit donc à plusieurs options. Acheter un broyeur puis faire du service à domicile pour récupérer les déchets verts, ou encore faire des points de rendez-vous hebdomadaires sur la place du village. Pour les biodéchets, le Sitom a porté une étude, un schéma territorial de gestion des déchets organiques, avec des scenarii allant du tout collecte au tout compostage, le choix s’est fixé sur le tout compostage. Pour les particuliers, ça passe donc par l’achat d’un composteur pour ceux qui ont un jardin, et par l’installation de composteurs en pied de résidence pour ceux en habitat collectif. Il y a aussi de plus en plus de sites de quartier installés sur le territoire, mais c’est à la mairie de nous donner du foncier disponible pour qu’on installe les composteurs ».