Un bus scolaire découpé en deux par le train à Cevins: un blessé grave et trois blessés légers

Un bus scolaire découpé en deux par le train à Cevins: un blessé grave et trois blessés légers

La scène est hallucinante : à l’entrée du tunnel, on aperçoit le squelette du bus littéralement coupé en deux à gauche dans le sens descendant et de l’autre côté de la voie, plusieurs rangées de sièges qui ont été éjectées dans le choc.

À la sortie du tunnel où le TER qui roulait dans le sens Moûtiers/Albertville s’est immobilisé, on observe un wagon explosé. Quatre blessés dont un grave sont à déplorer. Le chauffeur a pu s’extraire après l’accident, choqué, mais indemne.

Selon un témoin, le bus était stationné quelques dizaines de mètres avant la barrière du passage à niveau, « puis il est parti. Je ne l’ai pas vu, mais j’ai entendu un énorme boum. Selon le conducteur d’une voiture située de l’autre côté, il se serait engagé à très faible allure sur la voie ferrée, un peu comme s’il était en mode dégradé. Les barrières se sont abaissées et malgré ses efforts pour évacuer la voie, le car n’est pas reparti. Nous l’avons aidé à s’extraire de la carcasse du bus, il était choqué, mais allait bien. »

47 passagers impliqués

Le préfet de la Savoie indique qu’il « a pris la direction des opérations de secours et le sous-préfet d'Albertville s'est rendu sur place. 50 sapeurs-pompiers du SDIS (service départemental d'incendie et de secours), 2 équipes du SMUR, les gendarmes ainsi que les équipes de la SNCF sont mobilisés sur le lieu de l’accident. Le bilan provisoire fait état d’un blessé grave, 3 blessés légers et 47 impliqués. Les personnes impliquées ont été mises à l’abri dans une salle à proximité. Le préfet de la Savoie salue la mobilisation et l’action de l’ensemble des équipes œuvrant pour un retour rapide à la normale. »

La SNCF annonce que la circulation des trains entre Moûtiers et Albertville devrait reprendre vendredi, dans la journée.

Compte-tenu les circonstances, c’est presque un miracle que le bilan ne soit pas plus grave « quand je suis arrivé sur place, je m’attendais au pire, indique ainsi un riverain ».