Une nuit inoubliable au refuge de la Dent d’Oche

L’ascension vers la Dent d’Oche démarre du restaurant de la Fétuière à Bernex. Après une petite halte aux chalets d’Oche, le temps de déguster les spécialités fromagères et de faire un selfie avec les vaches, me voilà repartie pour la dernière ligne droite. Aucune difficulté particulière pour atteindre le sommet si ce n’est le fameux passage de la cheminée, facilité par les chaînes qui apportent une aide bien précieuse pour se hisser sur la roche.

L’arrivée au sommet

Après 2 heures de grimpette, j’atteins le refuge situé à 2 114 mètres d’altitude. Encore 15 minutes pour rejoindre le sommet et apprécier la vision à 360 degrés. La vue qui s’offre à moi sur le Léman et la succession de sommets français et suisses est extraordinaire. Je reste là à observer le coucher du soleil sur le Jura en compagnie de jeunes bouquetins peu farouches.

Mais l’heure tourne et le repas est à 19 h 30. Ce soir est un peu spécial car ce sont les 100 ans du refuge et les membres de l’harmonie de Bernex, venue faire un concert pour l’occasion, passeront la nuit au refuge.

La découverte de la chambre

En poussant la porte, je suis invitée à me déchausser et à enfiler des Crocs, pour préserver la propreté du lieu. Les sacs à dos sont déposés dans une petite pièce à côté de l’entrée et ne sont pas autorisés à monter dans les dortoirs pour éviter les puces de lit. A l’étage, je découvre 3 trois chambres refaites à neuf comprenant 15 lits tous équipés de couettes bien chaudes et d’oreillers. L’endroit est propre, douillet et accueillant. Avant de redescendre dans la salle à manger, je réserve ma place en déposant sur le matelas choisi mon «sac à viande«, sorte de drap cousu sur 3 côtés dans lequel on se faufile pour éviter de salir drap-housse et housse de couette.

Le dîner

Joana, la nouvelle gardienne, m’accueille avec sa jovialité naturelle. Les effluves émanant de la cuisine promettent ce soir-là un voyage en Catalogne, sa région natale. Chacun prend place à table et commence à faire connaissance. Tout le monde fait le service, partage ses boissons et rit de bon cœur devant un repas récupérateur fait maison. La soirée se termine en chansons avec les musiciens de Bernex pendant que certains jouent aux cartes ou aux jeux de société.

Le passage aux toilettes sèches

Avant d’aller dormir, un passage aux toilettes sèches extérieures est nécessaire. Pour ça, pas de panique, le mode d’emploi est affiché sur la porte. Pour les messieurs, un urinoir assez singulier est à disposition. Fabriqué à partir d’un entonnoir et d’un tuyau qui descend sur la pente rocheuse, il permet d’avoir la vue sur la riviera suisse… A défaut d’être équipée pour son utilisation, c’est en me brossant les dents que j’ai pu contempler le milliard de lumières bordant le contour du lac.

La nuit agitée

On m’avait prévenu pendant la soirée : on ne vient pas en refuge pour passer une bonne nuit. A moins d’avoir un sommeil de plomb ! Entre les portes qui claquent et les ronflements, l’ambiance nocturne était également au rendez-vous. Mais au moins, la literie est confortable.

Le lever du soleil

Vers 6 h 30, la nuit se termine. Ceux qui ont décidé de monter au sommet pour regarder le lever du soleil entament l’ascension. Les autres pourront attendre le petit-déjeuner entre 7 et 8 heures.

Sonia Debrabant

Réservation sur www.refugedeladentdoche.com Tarif : 49 euros (dîner, nuitée et petit-déjeuner)