Aix-les-Bains : la téléconsultation médicale chez le pharmacien, c’est maintenant possible !

Les ordonnances pourront être renouvelées en pharmacie après la téléconsultation médicale.
Les ordonnances pourront être renouvelées en pharmacie après la téléconsultation médicale.

En février 2019, des pharmaciennes aixoises avaient alerté la municipalité, via une pétition qui avait recueilli plusieurs centaines de signatures, sur la pénurie de médecins qui frappait la ville. Depuis quelques jours, l’une des officines du centre-ville a mis en place un dispositif qui apporte une première réponse au problème donné : la télémédecine depuis la pharmacie.

Concrètement, dans une pièce, un patient pourra consulter un médecin via un écran, tout en ayant la possibilité d’être accompagné physiquement par le pharmacien qui pourra procéder à de « petites investigations comme la prise de température » ou un examen dermatologique. Le dispositif concernera deux typologies de patients. Il y aura d’abord ceux qui ont besoin de renouveler leur ordonnance dans le cadre d’une pathologie chronique. « Mais il faudra qu’ils aient vu le médecin dans l’année qui précède la consultation. S’il n’y a rien de nouveau, l’ordonnance sera renouvelée et le patient est libre d’acheter les médicaments où il veut », précise Georges Buisson, maire adjoint en charge des questions de santé. L’autre cas de téléconsultation médicale concerne ceux qui souffriront d’un mal « peu intense et sans fièvre comme un mal de dos ».

Une subvention qui fait débat

Pour accompagner cette initiative chiffrée 6000 euros, le conseil municipal a par ailleurs attribué à la pharmacie en question une subvention de 1500 euros. Mais la décision a fait débat.

Fatiha Brunetti, conseillère municipale, a voté contre. Tout comme deux autres élus de l’opposition. « Nous ne sommes pas encore une ville à désert médical et nous avons à disposition une maison médicale à l’hôpital pour désengorger les urgences. Cette décision fera des émules si d’autres pharmacies mettent en place la téléconsultation et on ne pourra pas y déroger. Pour ma part même si la somme est minime, je considère que déontologiquement, subventionner une pharmacie qui fait des profits n’est pas une nécessité », affirmait-elle.

Dominique Fié, conseiller municipal, a voté contre lui aussi : « Jusqu’où irons-nous dans la baisse de qualité du service de santé ? Dans une ville moyenne comme Aix, cela me paraît insensé. Comment imaginer que la consultation médicale classique puisse être remplacée par un passage en cabine qui prive de l’essentiel, un contact direct et physique ? »

Une future maison médicale aux anciens thermes ?

Le maire Renaud Beretti a essayé de rassurer tout le monde en affirmant qu’il ne « s’agit pas de remplacer l’acte médical mais de compenser temporairement une réalité qu’on essaie d’anticiper. Et oui si d’autres pharmacies en font la demande nous les accompagnerons aussi pour veiller à une égalité entre elles ».

Depuis le début d’année, la municipalité, en partenariat avec les professionnels de santé de la ville, a rencontré l’ARS (agence de santé régionale) pour « anticiper la problématique » selon les mots du maire. L’idée étant que de nouveaux médecins s’installent, une maison de santé dans les anciens thermes a été évoquée.