Cran-Gevrier : le Grand Annecy vient au secours d’Alpine Aluminium

Le foncier de l’entreprise Alpine Aluminium devrait être racheté par le Grand Annecy.
Le foncier de l’entreprise Alpine Aluminium devrait être racheté par le Grand Annecy.

Leur appel à l’aide n’aura pas été vain. Les employés d’Alpine Aluminium manifestaient depuis plus d’une semaine devant les locaux de l’entreprise à Cran-Gevrier, dans l’espoir de trouver un repreneur, sous peine de devoir mettre la clé sous la porte. L’année 2019 a en effet été particulièrement éprouvante pour eux, et ils avaient jusqu’au 18 octobre pour sauver leur entreprise.

Face à cet appel à l’aide, le Grand Annecy a décidé d’intervenir. « Nous avons besoin de l’industrie sur notre territoire, c’est un point essentiel pour nous et il y a en plus des emplois derrière », explique le président Jean-Luc Rigaut. « C’est donc une préoccupation pour nous de sauver cette entreprise, qui représente un enjeu industriel et rentre dans nos projets d’aménagement du territoire ».

Un achat à relouer par la suite

Le Grand Annecy propose donc de racheter l’assiette foncière et le terrain, qu’ils mettront par la suite gratuitement à disposition de l’entreprise. « On veut vraiment aider Alpine Aluminium à redémarrer, et ainsi inciter les potentiels repreneurs à se lancer », explique le président. Les services administratifs financiers de l’état sont actuellement en train d’évaluer la valeur financière du terrain, et feront un retour prochainement. « Dans un premier temps, on louera le terrain de manière symbolique, puis, une fois que l’entreprise sera repartie, on verra pour mettre en place un vrai loyer ».

La maire déléguée de Cran-Gevrier, Nora Segaud-Labidi, a salué cette décision dans un communiqué de presse, en précisant que cette option facilitait « le redémarrage de l’entreprise par un repreneur et permet de sauver les emplois industriels de la centaine de salariés qui se battent depuis plusieurs mois ». Elle rappelle également qu’elle a « sollicité le président de l’agglomération dès le 8 juin dernier pour que la collectivité compétente en matière économique joue son rôle ».

La décision finale sera rendue très prochainement et Jean-Luc Rigaut espère qu’elle sera positive. « On préfère aider nos industries qui existent déjà, et enlever toutes spéculations autour du futur du terrain ».