Pays de Gex : que font les coiffeurs de vos cheveux, une fois coupés ?

Rares sont ceux qui viennent avec les cheveux très longs, pour se faire couper court !
Rares sont ceux qui viennent avec les cheveux très longs, pour se faire couper court !

L’étape « coiffeur » est incontournable pour beaucoup d’entre nous. Pour certains, plus régulièrement que pour d’autres, bien sûr. Dans le Pays de Gex comme partout, les salons se comptent par dizaine. Mais que deviennent vos cheveux une fois coupés ? Qu’en font les professionnels ?

Pour répondre à cette question, nous avons contacté un certain nombre de coiffeurs, au hasard, à différents endroits du territoire.

Une histoire de centimètre

Du côté de Gex, chez Frimousse, on jette ! « C’est compliqué de faire quelque chose des cheveux parce que souvent on coupe quelques centimètres seulement. Il faut de la longueur pour transformer le cheveu et ça arrive que très occasionnellement ».

Même constat à Saint-Genis, au Studio 54 chez qui, pourtant, on devine une fibre écologique quand on voit les produits qu’il utilise. Direction Ferney-Voltaire, au salon Relone Hair : « Honnêtement, on les jette. Dans le Pays de Gex, on n’a malheureusement rien du tout pour pouvoir les recycler. Et pour envoyer des cheveux qui deviendront des perruques, il faut une certaine longueur. Je crois qu’il faut au minimum 15 centimètres. C’est assez rare qu’on coupe autant et encore plus rare qu’on coupe plus. Je sais qu’il existe des associations parce qu’il est déjà arrivé que des particuliers nous demandent de récupérer leurs cheveux longs coupés pour les envoyer ensuite à des assos, mais c’est assez rare. C’est le moins qu’on puisse dire  ».

Les « Coiffeurs Justes »

En restant sur Ferney-Voltaire, on découvre Le Boudoir de Christelle. La coiffeuse fait partie du réseau des « Coiffeurs Justes ». Mais qu’est-ce que c’est ? La gérante explique « Un coiffeur a eu la bonne idée de monter cette association pour récupérer les cheveux et les recycler. En gros, je leur achète des sacs en carton un peu solide qui coûtent environ 1 euro chacun. Comme pour toute association je paye une cotisation au départ. Je suis un tout petit salon, je travaille seule, je récupère environ 4kg de cheveux par mois. Avec ça, je remplis le sac, et après je l’envoie à l’association. Quand les cheveux arrivent jusqu’à elle, ils sont traités et ils sont ensuite utilisés par exemple pour filtrer les hydrocarbures : quand un bateau échoue en mer, le pouvoir absorbant des cheveux permet de stopper le pétrole. » Questionnée sur la présence d’autres coiffeurs dans le Pays de Gex qui font ce genre de démarches via des associations, la gérante du Boudoir de Christelle est affirmative. « Il y en a plusieurs oui ! ».

Avis aux mains vertes !

Les cheveux coupés peuvent aussi être récupérés par les agriculteurs et les jardiniers. En effet, les cheveux peuvent être déposés autour de cultures et champs pour les protéger… des sangliers ! Les bêtes fuiraient devant nos tignasses coupées puisqu’ils associent l’odeur des fibres capillaires à l’odeur humaine !

Pas simple de trouver des donneurs pour des perruques naturelles…

Les associations qui récupèrent les cheveux ne sont pas nombreuses en France.

Solidhair, par exemple, basée en région parisienne, réceptionne les mèches, les revend aux (rares) perruquiers et ainsi aide les personnes malades à s’acheter une perruque, à hauteur de 300€. Parce que, même si la sécurité sociale rembourse une partie, il faut largement prévoir plus de 1 000 € pour habiller son crâne… De plus, les conditions sont nombreuses pour faire un don   : la mèche de cheveux doit faire au moins 25cm, elle doit être naturelle, c’est-à-dire sans coloration, henné, mèche… Cette denrée est devenue rare !