Margencel : le ski nautique n’a pas sa place à Séchex

Les élus de Margencel ont retoqué le projet de création d’une école de ski nautique au port de Séchex.
Les élus de Margencel ont retoqué le projet de création d’une école de ski nautique au port de Séchex. - Photo d’illustration.

Margencel

Quatre. C’est le nombre de raisons invoquées par la mairie de Margencel pour s’opposer à la création d’une école de ski nautique au port de Séchex.

Le porteur du projet, à la tête d’une entreprise évianaise spécialisée dans le domaine, s’est heurté au refus unanime des élus. Ce dernier souhaitait disposer d’un accès à l’ancien ponton de la CGN, inutilisé depuis cinq ans par la compagnie de navigation, afin de le réaménager et de permettre l’accostage de son bateau destiné à embarquer les élèves. La mise en route de son école nécessitait, en parallèle, la construction d’un « petit chalet » qui aurait servi, essentiellement, à stocker son matériel.

1

Pas de place pour un chalet

Réunis en conseil municipal le 26 septembre, les élus ont avancé, point par point, les arguments visant à légitimer leur choix. Tout d’abord, ils ont estimé l’installation d’un éventuel chalet, si petit soit-il, comme inenvisageable au vu du « manque de place » disponible à Séchex.

2

Ne pas augmenter le nombre de voitures à Séchex

Dans la même logique, les Margencellois ont rappelé que le secteur très touristique du port dispose aujourd’hui d’un nombre insuffisant de stationnements « autour des restaurants ». L’arrivée d’une nouvelle activité les laissant craindre une trop forte augmentation de véhicules sur place.

3

Pas de travaux envisagés sur le ponton

Concernant le débarcadère, la mairie a très clairement expliqué qu’elle ne comptait pas réaliser les travaux d’aménagement exigés sur le ponton de Séchex.

4

Eviter les conflits avec les autres utilisateurs du débarcadère

Enfin, par anticipation, les élus désirent éviter de se retrouver obligés de « gérer les conflits d’usage avec les autres utilisateurs du débarcadère ».

Moralité : les amateurs de sensations fortes devront tourner les talons !

Une pratique autorisée

S’il est interdit de faire du jet-ski sur le Léman, côté suisse comme français, la pratique du ski nautique est autorisée, tout comme plusieurs autres disciplines similaires à l’image du wake-surf et du wake-board.